Plurilingue

La prouesse des langues

Comment imaginer un seul instant que l’on puisse emmagasiner tant d’information récoltée ici et là, sans penser que nos neurones font aussi de temps à autre, un sérieux vide…
Et pendant ce temps, c’est notre inconscient qui reprend le dessus en attendant le déclic ! C’est alors qu’en toute conscience un mot ou deux nous reviennent et nous saisissons en un instant ce nous avions eu tant de mal à comprendre au moment de l’effort. Eh bien, je crois que l’apprentissage des langues se passe de cette façon-là ! L’effort aboutit au moment de la détente.
Utile pour communiquer avec l’autre ? Cela va de soi. Un mot ou une phrase de travers, peu importe. Débutants, intermédiaires et avancés, cumulent heures de cours, voyages et stages, peut-être même d’insomnie pour acquérir le fameux niveau d’élocution linguistique tant convoité.
Puis il y a les érudits, linguistes, psychologues, sociologues, éducateurs, neurologues.., et toute la panoplie qui s’y est intéresse en apportant depuis la nuit des temps, méthodes, références, concepts de tout ordre toute en faisant avancer cette fameuse science de la communication.
Pourtant, arrivé l’heure de la vérité, qu’en reste-t-il ?
Passionnant, notre cerveau emmagasine quasi toujours au-delà de nos espérances lorsque nous nous y mettons. En essayant, en répétant, en comparant en observant l’autre parler, dialoguer, s’exprimer, dire avec la résonance de sa voix, avec ses phonèmes, ses intonations et le débit dont il libère la parole. Pour ceux ayant une mémoire d’éléphant, il n’est pas pour autant plus facile d’arriver à composer. Ha, la mémoire ! Vaste sujet étudié par les linguistes. Cette aptitude unique qui devrait nous faire avancer, mais qui parfois nous fait défaut. Les grands moyens sont alors mis à disposition, supports de toute nature, mnémotechniques, images, sons et chansons. Mais comment être certain de retenir au mieux sa leçon ?
Linguistes, théoriciens, académiciens, professeurs, éditeurs… ont durement travaillé sur quantités des méthodes dans l’apprentissage de langues. Manuels, CD, films, méthodes de plus sophistiqués les unes que les autres dans le but de nous faire faire des prouesses et de nous faire gagner du temps…
Un peu d’histoire sur les méthodes !
Qui parmi nous n’a pas entendu parler ou n’a pas eu le réflexe de se procurer un pack Assimil, cette bonne vieille méthode d’autoformation, pionnière dans l’autoapprentissage. Une méthode intuitive basée sur les échanges interactifs issus de la vie au moment de dialoguer. L’une des très célèbres méthodes directes.
Je me souviens d’avoir suivi des formations sur la philosophie de la « la méthode directe », inspiré par exemple des écoles Berlitz. Pas mal du tout, chaque module était calibré pour apprendre un certain nombre de mots de son environnement proche tel que nous l’avons fait avec notre principale langue maternelle. It is the pencil, What is-it ? Et nous répétions « it is … » et nous rajoutions « the pencil is red » etc. Une fois ces quelques mots acquis, nous y ajoutions les mots de liaison, les adjectifs ainsi que les formes verbales à l’interrogatif et au négatif. Voilà que le tour était joué, avec deux ou trois phrases toutes faites. Nous avions alors l’impression de savoir parler une langue étrangère et nous étions motivés pour foncer. La méthode faisait ses preuves pour bien des professionnels intéressés et cela jusqu’à aujourd’hui. Un succès indéniable et des résultats probants. Tous les branchés s’y sont plongés pour préparer l’ouverture de l’Europe des années 90. Les écoles par la même occasion se sont multipliées en y apportant diverses méthodes d’avant-garde lesquelles n’ont cessé de progresser. Les demandeurs ne manquaient pas non plus, autant de personnes en quête de tester toute forme nouvelle dans l’apprentissage des langues. L’une d’entre elles et des plus originales était celle de s’allonger pour recevoir une véritable pré-séance de musique, histoire de préparer le cerveau à recevoir les nouveaux sons et intonations, tout en douceur. Elle marchait vraiment bien et avait des adeptes en tout genre.
La plus loufoque des méthodes que j’ai connu, mais qui sans aucun doute a eu un fort succès était d’enfiler un casque presque semblable à celui d’un astronaute. Il s’agissait d’entrer dans une atmosphère vouée à la concentration et éviter toute onde capable de parasiter notre concentration. Plus qu’un laboratoire, l’idée était d’apporter aux clients un échange conditionné par un récepteur qui devait amplifier la compréhension linguistique à l’infini. Selon les échos de tous ceux qui en ont profité, bien qu’efficace, la formule manquait un peu d’interactivité.
L’ordinateur de ces années-là était naissant et le phénomène de l’Internet inconnu, dans tous les cas pour une majorité. Très rapidement ces outils ont occupé l’espace de l’apprenant et ont monopolisé le marché.
Nous avons été l’un de premiers centres de formation linguistiques à Lyon invité à tester sur Paris les premiers supports interactifs d’audiovisuels sur CD et vidéodisque. J’ai rencontré les éditeurs de ces méthodes pour les aider à choisir, laquelle de ces deux nouveautés était la plus commercialisable en France. C’est la version CD qui a pris le pas. J’en ai équipé mon centre, avec les premières méthodes sur les MAC OS, proposées par exemple aux clients pilotes de ligne et aux grandes enseignes internationales.
Plus tard, les supports sur ordinateurs ont donné lieu à des versions plus douées d’interactivité. Nous pouvions par exemple nous entendre répéter la prononciation, mesurer si celle-ci concordait avec la prononciation des natifs et les résultats ont été florissants. À l’aide de mini séquences d’images et des sons, nous pouvions stimuler tout notre bagage linguistique, non uniquement notre prononciation, mais aussi enrichir le vocabulaire, les expressions et l’élocution dans un contexte déterminé et un niveau linguistique visé. Le face à face pédagogique de Peter ou Susan, a laissé place à l’écran. L’une de plus fameuses méthodes a été « tell me more » destiné aux écoles et en anglais. Méthode qui s’est ensuite développée dans plusieurs langues et d’autres versions tout public.
À présent, j’ai comme l’impression que rien n’est venu bouleverser l’apprentissage des langues, dans tous les cas, avec autant de frénésie pour les supports techniques. Hormis la formation par visioconférence, ou celle guidée par un tuteur en face à face et en direct par ordinateur. Cependant, les méthodes ont été perfectionnées et c’est toujours surprenant de voir les immenses possibilités qui se cachent dans un simple CD.
Je ne démords pas de bonnes vieilles méthodes, cours par téléphone, séjours linguistiques qui ont toujours la forme d’autre fois. Cependant, pas de remède pour les laboratoires collectifs supervisés par un formateur qui par contre ont bel et bien tous quasiment disparu.
Alors mon ami Jean-Luc et moi (rejoints par Sandrine) nous nous sommes intéressés depuis quelques années à recréer une démarche globale reprise de l’expérience de tous ceux qui ont tenté une action à l’export. Celle probablement qui manque et ne fige pas l’individu dans sa quête d’apprendre une langue, mais dans une dimension plus complète en intégrant la communication linguistique non détachée de la compréhension de la culture de l’autre et dans un contexte ciblé. Une formule privilégiant un maximum d’actions concrètes pratiques de l’environnement international. Interculturalité du monde vivant, une approche passeport pour l’export, en interagissant avec les uns et les autres, pour résoudre un besoin précis : culturel, linguistique, géopolitique, managérial et économique à travers des solutions pratiques de découverte à l’international. Nous souhaitons donner naissance et véhiculer cette nouvelle approche par le biais d’UN PLAN D’INVESTISSEMENT EXPORT-LANGUES-STRATEGIE MONDIALISATION: Le « LIPS » (Languages Investment Plan Strategy).

Article d’Angelina Humen

0 comments on “La prouesse des langues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :