La prouesse des langues

Comment imaginer un seul instant que l’on puisse emmagasiner tant d’informations rĂ©coltĂ©es ici et lĂ , sans penser que nos neurones font aussi de temps Ă  autre, un sĂ©rieux vide


Article d’Angelina Humen


Et pendant ce temps, c’est notre inconscient qui reprend le dessus en attendant le dĂ©clic ! C’est alors qu’en toute conscience un mot ou deux nous reviennent et nous saisissons en un instant ce nous avions eu tant de mal Ă  comprendre au moment de l’effort. Eh bien, je crois que l’apprentissage des langues se passe de cette façon-lĂ  ! L’effort aboutit au moment de la dĂ©tente.

Utile pour communiquer avec l’autre ? Cela va de soi. Un mot ou une phrase de travers, peu importe. DĂ©butants, intermĂ©diaires et avancĂ©s, cumulent heures de cours, voyages et stages, peut-ĂȘtre mĂȘme d’insomnie pour acquĂ©rir le fameux niveau d’élocution linguistique tant convoitĂ©.
Puis il y a les Ă©rudits, linguistes, psychologues, sociologues, Ă©ducateurs, neurologues.., et toute la panoplie qui s’y est intĂ©resse en apportant depuis la nuit des temps, mĂ©thodes, rĂ©fĂ©rences, concepts de tout ordre toute en faisant avancer cette fameuse science de la communication.
Pourtant, arrivĂ© l’heure de la vĂ©ritĂ©, qu’en reste-t-il ?

Passionnant, notre cerveau emmagasine quasi toujours au-delĂ  de nos espĂ©rances lorsque nous nous y mettons. En essayant, en rĂ©pĂ©tant, en comparant en observant l’autre parler, dialoguer, s’exprimer, dire avec la rĂ©sonance de sa voix, avec ses phonĂšmes, ses intonations et le dĂ©bit dont il libĂšre la parole. Pour ceux ayant une mĂ©moire d’élĂ©phant, il n’est pas pour autant plus facile d’arriver Ă  composer. Ha, la mĂ©moire ! Vaste sujet Ă©tudiĂ© par les linguistes. Cette aptitude unique qui devrait nous faire avancer, mais qui parfois nous fait dĂ©faut. Les grands moyens sont alors mis Ă  disposition, supports de toute nature, mnĂ©motechniques, images, sons et chansons. Mais comment ĂȘtre certain de retenir au mieux sa leçon ?

Linguistes, thĂ©oriciens, acadĂ©miciens, professeurs, Ă©diteurs
 ont durement travaillĂ© sur quantitĂ©s des mĂ©thodes dans l’apprentissage de langues. Manuels, CD, films, mĂ©thodes de plus sophistiquĂ©s les unes que les autres dans le but de nous faire faire des prouesses et de nous faire gagner du temps


Un peu d’histoire sur les mĂ©thodes !
Qui parmi nous n’a pas entendu parler ou n’a pas eu le rĂ©flexe de se procurer un pack Assimil, cette bonne vieille mĂ©thode d’autoformation, pionniĂšre dans l’autoapprentissage. Une mĂ©thode intuitive basĂ©e sur les Ă©changes interactifs issus de la vie au moment de dialoguer. L’une des trĂšs cĂ©lĂšbres mĂ©thodes directes.
Je me souviens d’avoir suivi des formations sur la philosophie de la « la mĂ©thode directe Â», inspirĂ© par exemple des Ă©coles Berlitz. Pas mal du tout, chaque module Ă©tait calibrĂ© pour apprendre un certain nombre de mots de son environnement proche tel que nous l’avons fait avec notre principale langue maternelle. It is the pencil, What is-it ? Et nous rĂ©pĂ©tions « it is 
 Â» et nous rajoutions « the pencil is red Â» etc. Une fois ces quelques mots acquis, nous y ajoutions les mots de liaison, les adjectifs ainsi que les formes verbales Ă  l’interrogatif et au nĂ©gatif. VoilĂ  que le tour Ă©tait jouĂ©, avec deux ou trois phrases toutes faites. Nous avions alors l’impression de savoir parler une langue Ă©trangĂšre et nous Ă©tions motivĂ©s pour foncer. La mĂ©thode faisait ses preuves pour bien des professionnels intĂ©ressĂ©s et cela jusqu’à aujourd’hui. Un succĂšs indĂ©niable et des rĂ©sultats probants. Tous les branchĂ©s s’y sont plongĂ©s pour prĂ©parer l’ouverture de l’Europe des annĂ©es 90. Les Ă©coles par la mĂȘme occasion se sont multipliĂ©es en y apportant diverses mĂ©thodes d’avant-garde lesquelles n’ont cessĂ© de progresser. Les demandeurs ne manquaient pas non plus, autant de personnes en quĂȘte de tester toute forme nouvelle dans l’apprentissage des langues. L’une d’entre elles et des plus originales Ă©tait celle de s’allonger pour recevoir une vĂ©ritable prĂ©-sĂ©ance de musique, histoire de prĂ©parer le cerveau Ă  recevoir les nouveaux sons et intonations, tout en douceur. Elle marchait vraiment bien et avait des adeptes en tout genre.
La plus loufoque des mĂ©thodes que j’ai connu, mais qui sans aucun doute a eu un fort succĂšs Ă©tait d’enfiler un casque presque semblable Ă  celui d’un astronaute. Il s’agissait d’entrer dans une atmosphĂšre vouĂ©e Ă  la concentration et Ă©viter toute onde capable de parasiter notre concentration. Plus qu’un laboratoire, l’idĂ©e Ă©tait d’apporter aux clients un Ă©change conditionnĂ© par un rĂ©cepteur qui devait amplifier la comprĂ©hension linguistique Ă  l’infini. Selon les Ă©chos de tous ceux qui en ont profitĂ©, bien qu’efficace, la formule manquait un peu d’interactivitĂ©.
L’ordinateur de ces annĂ©es-lĂ  Ă©tait naissant et le phĂ©nomĂšne de l’Internet inconnu, dans tous les cas pour une majoritĂ©. TrĂšs rapidement ces outils ont occupĂ© l’espace de l’apprenant et ont monopolisĂ© le marchĂ©.
Nous avons Ă©tĂ© l’un de premiers centres de formation linguistiques Ă  Lyon invitĂ© Ă  tester sur Paris les premiers supports interactifs d’audiovisuels sur CD et vidĂ©odisque. J’ai rencontrĂ© les Ă©diteurs de ces mĂ©thodes pour les aider Ă  choisir, laquelle de ces deux nouveautĂ©s Ă©tait la plus commercialisable en France. C’est la version CD qui a pris le pas. J’en ai Ă©quipĂ© mon centre, avec les premiĂšres mĂ©thodes sur les MAC OS, proposĂ©es par exemple aux clients pilotes de ligne et aux grandes enseignes internationales.
Plus tard, les supports sur ordinateurs ont donnĂ© lieu Ă  des versions plus douĂ©es d’interactivitĂ©. Nous pouvions par exemple nous entendre rĂ©pĂ©ter la prononciation, mesurer si celle-ci concordait avec la prononciation des natifs et les rĂ©sultats ont Ă©tĂ© florissants. À l’aide de mini sĂ©quences d’images et des sons, nous pouvions stimuler tout notre bagage linguistique, non uniquement notre prononciation, mais aussi enrichir le vocabulaire, les expressions et l’Ă©locution dans un contexte dĂ©terminĂ© et un niveau linguistique visĂ©. Le face Ă  face pĂ©dagogique de Peter ou Susan, a laissĂ© place Ă  l’écran. L’une de plus fameuses mĂ©thodes a Ă©tĂ© « tell me more Â» destinĂ© aux Ă©coles et en anglais. MĂ©thode qui s’est ensuite dĂ©veloppĂ©e dans plusieurs langues et d’autres versions tout public.
À prĂ©sent, j’ai comme l’impression que rien n’est venu bouleverser l’apprentissage des langues, dans tous les cas, avec autant de frĂ©nĂ©sie pour les supports techniques. Hormis la formation par visioconfĂ©rence, ou celle guidĂ©e par un tuteur en face Ă  face et en direct par ordinateur. Cependant, les mĂ©thodes ont Ă©tĂ© perfectionnĂ©es et c’est toujours surprenant de voir les immenses possibilitĂ©s qui se cachent dans un simple CD.
Je ne dĂ©mords pas de bonnes vieilles mĂ©thodes, cours par tĂ©lĂ©phone, sĂ©jours linguistiques qui ont toujours la forme d’autre fois. Cependant, pas de remĂšde pour les laboratoires collectifs supervisĂ©s par un formateur qui par contre ont bel et bien tous quasiment disparu.

Alors mon ami Jean-Luc et moi nous nous sommes intĂ©ressĂ©s depuis quelques annĂ©es Ă  recrĂ©er une dĂ©marche globale reprise de l’expĂ©rience de tous ceux qui ont tentĂ© une action Ă  l’export. Celle probablement qui manque et ne fige pas l’individu dans sa quĂȘte d’apprendre une langue, mais dans une dimension plus complĂšte en intĂ©grant la communication linguistique non dĂ©tachĂ©e de la comprĂ©hension de la culture de l’autre et dans un contexte ciblĂ©. Une formule privilĂ©giant un maximum d’actions concrĂštes pratiques de l’environnement international. InterculturalitĂ© du monde vivant, une approche passeport pour l’export, en interagissant avec les uns et les autres, pour rĂ©soudre un besoin prĂ©cis : culturel, linguistique, gĂ©opolitique, managĂ©rial et Ă©conomique Ă  travers des solutions pratiques de dĂ©couverte Ă  l’international. Nous souhaitons donner naissance et vĂ©hiculer cette nouvelle approche par le biais d’UN PLAN D’INVESTISSEMENT EXPORT-LANGUES-STRATEGIE MONDIALISATION: Le « LIPS » (Languages Investment Plan Strategy).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.