Le grand secret pour apprendre une langue enfin dévoilé?

Le don des langues, une expression qui sonne comme une excuse quand on ne l’a pas…

Or, nul n’est besoin d’être Einstein ou porteur d’un gène spécial pour apprendre une langue!!Pas de grand secret en fait mais surtout deux éléments à travailler en premier, le mental et l’organisation! En effet une véritable réflexion personnelle et une stratégie d’apprentissage doivent être mises en place avant toute chose. Si elles peuvent sembler évidentes, elles sont trop souvent oubliées, négligées ou mal choisies. De plus, une approche nouvelle, loin de « l’ornière » de l’école et des schémas classiques des cours de langues de la formation professionnelle, est indispensable pour rejeter le carcan des vieux réflexes et intégrer l’usage des nouveaux outils du web 2.0.Un tour d’horizon des clés essentielles pour bien démarrer:

Franchir La « barrière de la langue »

Se débarrasser des mauvaises habitudes d’apprentissage et des fausse idées est aussi un challenge difficile tant elles sont ancrées en raison d’un environnement toxique:

L’âge n’est pas un problème!

Les adultes apprennent mieux mais différemment.Ne pas se focaliser donc sur le « démarrer tôt« .

C’est la régularité, continuité et le temps d’exposition (en particulier sur place, à l’étranger) plus que l’âge de départ qui semblent être les facteurs déterminants pour bien apprendre.

Avoir les bonnes motivations

Joindre le motiv’club pour en trouver..

Rassembler tous les ingrédients nécessaires

Un seul qui manque et c’est le flop assuré! Ne pas négliger la régularité car si l’enthousiasme nous fait démarrer, c’est elle qui nous fait continuer en créant une routine qui, respectée, conduit immanquablement sur la voie du succès!

Apprendre à apprendre et à s’organiser

Pour mieux progresser, économiser du temps, des efforts et de l’argent, il faut non seulement avoir une stratégie « langues » mais aussi commencer par « apprendre à apprendre ».

Un rappel utile: les lois du temps et de l’efficacité au travail de Pareto à Murphy

Voici un résumé d’étapes à suivre extrait de la formation « apprendre avec efficacité et rentabilité les langues étrangères » d’Exportwell:

Comprendre :

  • Votre parcours linguistique et langagier (vos acquis et mauvaises habitudes)
  • Pourquoi apprendre une langue étrangère (vos motivations et besoins)
  • Identifier les freins, les comprendre et les dépasser (lever la barrière)
  • Connaître les continuums et convergences linguistiques (l’intercompréhension)
  • Viser le plurilinguisme (ouverture sur le monde et synergie)

Apprendre à apprendre :

Organiser

  • Bâtir une stratégie  “langue et communication” optimale (objectifs, gestion du temps, budget)

Préparer

  • Viser l’efficacité et la rentabilité
  • Mémoriser, entretenir, réactiver
  • Avoir un mental gagnant et une forte motivation
  • Douîou spik international?  Cultiver l’interculturel, mode d’emploi des langues

Agir

  • Premier pas (comment bien démarrer)
  • Vivre les langues vivantes (ne s’usent que si l’on ne s’en sert pas)
  • Choisir les bon outils et ils sont très nombreux 🙂

Prévoir des opportunités d’usage

Exemples:

  • Un voyage touristique culturel Clio
  • Une immersion en famille Lingoo ou plus si affinités Interpals
  • Un voyage d’affaires

À programmer dès le départ pour avancer efficacement et durablement tout en respectant un planning motivant avec sa finalité et une « dead line » bien vivante.

Choisir ses langues à long terme

Découvrir le monde des langues en osant le plurilinguisme et le long terme. Étape une, faire son marché… Lire aussi le chapitre consacré au choix d’une langue dans l’article « démarrer tôt« .

language-world-map

Définir des objectifs pédagogiques

comme avec l’outil d’auto-évaluation du CECR:

Exemple: A2 – Niveau Intermédiaire ou de Survie
Mots clés : descriptions, conversations simples.
Comprendre (Écouter) : Je peux comprendre des expressions et un vocabulaire très fréquent relatifs à ce qui me concerne de très près (par ex. moi-même, ma famille, les achats, l’environnement proche, le travail). Je peux saisir l’essentiel d’annonces et de messages simples et clairs.
Comprendre (Lire) : Je peux lire des textes courts très simples. Je peux trouver une information particulière prévisible dans des documents courants comme les petites publicités, les prospectus, les menus et les horaires et je peux comprendre des lettres personnelles courtes et simples.
Parler (Prendre part à une conversation) : Je peux communiquer lors de tâches simples et habituelles ne demandant qu’un échange d’information simple et direct sur des sujets et des activités familiers. Je peux avoir des échanges très brefs même si, en règle générale, je ne comprends pas assez pour poursuivre une conversation.
Parler (S’exprimer oralement en continu) : Je peux utiliser une série de phrases ou d’expressions pour décrire en termes simples ma famille et d’autres gens, mes conditions de vie, ma formation et mon activité professionnelle actuelle ou récente.
Écrire : Je peux écrire des notes et messages simples et courts. Je peux écrire une lettre personnelle très simple, par exemple de remerciements.

Trouver le bon prof / Tuteur / coach

Même en auto-apprentissage, il faut à un moment donner faire appel à une personne extérieure. Nous recommandons la phase 1 de démarrage après éventuellement une première découverte avec une application simple. Au moins une dizaine d’heures avant de passer à des outils web est indispensable pour la grande majorité des apprenants. De plus, après un certain nombre d’heures d’étude, la conversation avec une vraie construction de phrases devient primordiale et nécessite un interlocuteur.

Un mixte d’outils et d’enseignants (le fameux « blended ») bien sûr permet de réduire le coût total d’un apprentissage mais vous apprend aussi à travailler seul mais avec de meilleures fondations. Notons que les prix de cours particuliers en ligne sont devenus très abordables avec une « ubérisation » du secteur et son internationalisation (une plateforme française, par exemple, ne propose que des cours entre 5 et 15 € de l’heure). Mais attention, l’expression rapport qualité prix n’a jamais été aussi pertinente pour ce secteur… Si la perspective du choix des 10 000 professeurs d’Italki (par exemple) vous semble ouvrir le paradis de la recherche, c’est plutôt la boite de Pandore qui vous attend!

Trouver le bon (puisque le nouveau paradigme est de choisir son prof au lieu d’être imposé) est une vraie galère. Vaut mieux un très bon même peu de fois, qu’un, sympathique certes, apprenti enseignant voyageur peu fiable. Un « tuteur » peut suffire pour des conversations mais en dehors du fait que des applications peuvent permettre des échanges gratuits, vous sentez vous comme tuteur, par exemple, capable et patient pour enseigner votre langue natale?

Lire notre article: comment choisir un prof sur le WEB 2.0

Remplir sa « language tool box« 

Les langues étrangères c’est comme le bricolage, pour réussir il faut une boîte à outils performante et adaptée.

Choisir une méthode de base structurée et adaptée à votre niveau actuel:

Il est important de structurer votre apprentissage autour d’une vraie méthode qui vous donne un fil conducteur et un objectif de base. Ce peut être une méthode, des cours en présentiel ou en ligne avec un véritable enseignant (pas un touriste…) ou une rare application qui propose une formation complète comme « les petits mandarins ». Les excellentes méthodes Assimil sont aussi conseillées pour un redémarrage d’une langue connue ou la poursuite d’une activité structurante en fin de méthode de base.

La méthode structurée permet de ne pas s’égarer dans l’océan des formules et outils et de poursuivre un chemin tracé rassurant et encadrant. Mais pour approfondir les divers aspects d’une langue, pratiquer pour de vrai et ne pas tomber dans la routine ou l’ennui, il s’agit de l’entourer de plusieurs outils pour s’aventurer alors dans le hors piste et la réalité.

Choisir deux grammaires:

L’une de type lycéen avec l’essentiel et à connaître en totalité, nécessaire et suffisante pour un apprenant étranger. Ne pas se perdre dans les méandres de grammaires complexes (combien de natifs français utilisent le Grévisse (le bon usage)?

L’autre, plus complète, pour consultation et à utiliser ponctuellement au fur et à mesure de sa progression. Il existe en ligne des sites qui font très bien ce boulot!

Ebook, papier ou en ligne, ils en existent des centaines!

Les outils du web:

C’est le moment de remplir votre box selon la langue, le budget, le temps disponible ou vos goûts. Les applications devront correspondre avec les différents aspects et étapes du cycle d’apprentissage en bleu clair… Lire aussi notre article sur le sujet : Conseils pour bien les choisir

Imprimer notre mémo à remplir et son cycle d’apprentissage (clic sur image)

stratégie du lab

Un conseil, favoriser les applications et supports qui vous plaisent et que vous utiliserez plutôt que « des meilleurs » que vous abandonnerez éventuellement. Opter aussi pour la régularité et les sessions courtes (sauf pour les films ou musiques) pour ne pas provoquer de « burn-out ». Un contrat de 5 minutes par jour respecté vaut mieux que des gros week-ends envisagés et abandonnés… La régularité est un facteur déterminant (voir le plus important) entre autres pour la mémorisation. Ne pas utiliser trop d’outils non plus à la fois. Penser à l’alternance!

Idées d’outils pour travailler les différents aspects et usages d’une langue:

  • Un dictionnaire en ligne (linguee, reverso) ou papier
  • Un vérificateur de prononciation (forvo)
  • Un abonnement pour l’immersion vidéo (yabla)
  • Un cours de grammaire en ligne pour un cap difficile de grammaire (le russe cas par cas)
  • Un manuel de conversation (Berlitz, harraps)
  • Une méthode Assimil pour travailler les dialogues ou réviser/reprendre une langue
  • Des contacts et conversations (skype, Italki,…)
  • Un cahier d’exercice papier ou en ligne (Assimil, espagnol facile)
  • Un cahier d’écriture (chinois, russe…)
  • Une grammaire simplifiée (le mémento du germaniste édition Vasseur, grammaire italienne Larousse à moins de dix euros,…)
  • Un abonnement à une appli vocabulaire (learn with oliver, worddive…) pour s’occuper intelligemment à l’aéroport et parfaire sa prononciation et son vocabulaire
  • Des rencontres face à face (meet-up)
  • EnglishWaves (écoute d’immersion)
    Go English (magazine en anglais spécialement conçu pour l’apprentissage)
  • Vidéos avec Captionpop ou Youtube
  • Chansons et spectacles en vidéos pour le fun et le travail de la mémoire « plaisir » (Got talent et the voicepinterest.com) ou des apps comme Lyricstraining
  • Des livres sur les us et coutumes comme ceux de l’Afnor, voir l’interculturel, mode d’emploi des langues étrangères 

Des supports spécifiques pour les « affaires »

  • Un livre format poche pour apprendre ou réviser en voyage et qui contient tous les vocabulaires et phrases de base comme « l’anglais au bureau » d’Harraps
  • Un « langue pour tous » format poche comme l’allemand économique et social qui contient tous les termes des affaires par thèmes et des textes dédiés.
  • Un livre ou fiches sur les chiffres et mesures comme « maîtriser les chiffres en anglais de langues pour tous (format poche)
  • Un livre de termes de négociations comme « petit manuel pour négocier en anglais » chez Larousse ou « travailler en anglais » de l’édition Alistair

Les quatre livres cités tiennent dans un volume de 18 x 13 x 4 centimètres et contiennent tout ce qui est nécessaire pour « la langue des affaires » hors glossaires techniques.

  • Des exercices audio « métiers » comme sur Englishwaves
  • Un dictionnaire/glossaire technique de son métier
  • Un cahier fait maison (avec un logiciel de base de données) de mes argumentaires et un calepin par langue (fait maison) des expressions et vocabulaire de situations que j’ai choisi dans les livres précités (mix langue de base et affaires)

Un certain nombre de livres spécial business de ma collection ont été achetés à l’étranger dans les pays cibles. Plus facile de trouver en Allemagne un livre sur « faire des affaires avec les Français » allemand-français ou un livre technique multilingue qui ne soit pas hors de prix dans un pays de l’Est… Exemple: l’excellent business anglais-allemand.

Exemples par langue

J’étudie le mandarin avec Xequeo

J’étudie l’anglais avec Obeinglish

« Pour se remettre à l’anglais de manière efficace et sans repasser par des cours classiques une bonne connexion internet s’impose.
Les nouvelles technologies sont là pour nous aider :
un abonnement Netflix vous permet d’accéder à vos séries préférées en anglais sous-titrées en anglais. Formez-vous simultanément l’oreille à l’accent et l’oeil à l’orthographe.- les outils en ligne Reverso ou Linguee vous proposerons des traductions contextualisées et ce sans frais supplémentaires.
– nous avons également testé les performances des liseuses Kindle ou Cobo. Liées à votre compte AMAZON ou à votre carte FNAC, en moins de deux minutes, vous pouvez télécharger un roman en anglais. Nous y voyons au moins 3 intérêts majeurs :
* rétroécalairées elles permettent de lire le soir sans gêner son conjoint 
* en effleurant un mot de son doigt, le système propose une définition très complète, ouvre l’article Wikipedia correspondant, propose aussi une traduction. On peut également le surligner pour retrouver son vocabulaire plus tard. 
* sur une liseuse, il est très facile d’augmenter la taille des caractères 
Enfin, on  n’est pas rebuté par le nombre de pages. La liseuse se glisse aussi dans tous les sacs.
En métro, en voyage et partout, elle est très pratique. 
Elle consomme très peu d’énergie : inutile de la recharger souvent. Bref une liseuse est un excellent moyen de se mettre à lire Harlan Coben ou Ken Follet en anglais.
Les conférences TEDEX en anglais sur toutes sortes de thématiques sont, avec les jeux vidéos, un très bon moyen également de se remettre à l’anglais tout en pratiquant une activité ludique ou en approfondissant des sujets passionnants.
Cette démarche multimédia, vous permettra de gagner en aisance rapidement.

Pour jouer avec vos enfants, Assimil a créé des jeux de Memory pour découvrir le vocabulaire de la maison, du corps humain, des vêtements, des chiffres, des aliments etc. Il existe aussi des jeux de 7 familles en anglais (happy families) ou de découverte du Royaume-Uni.
Et une fois que vous avez mis au point votre stratégie d’apprentissage en fonction de vos goûts, et de vos centres d’intérêts, nous vous proposons d’ouvrir votre o’logbook sur le site www.obeinglish.com/ologbook. C’est un outil gratuit, unique et nouveau qui valorise votre démarche d’apprentissage.Vous pourrez y créer votre profil utilisateur  pour y enregistrer les films que vous avez vus en anglais, les séries, les livres, les jeux video ou les youtubers que vous suivez.
Vous pouvez partager le o’logbook dans la section langues étrangères de votre CV sous forme d’une URL ou d’un QR code. 
Le DRH qui vous recevra en entretien  pourra ainsi voir votre activité régulière en anglais et vous faire parler de sujets que vous connaissez bien.
N’hésitez plus : RV sur www.obeinglish.com/ologbook

Utiliser les petits trucs et astuces des autres

Les professionnels et leur expérience d’enseignants sont précieux mais ceux d’élèves comme vous le sont aussi car plus proches de vos préoccupations! Comparez et retenez ceux qui vous paraissent les plus pertinents. Un exemple:

Conseils de pros ou d’amateurs très avertis

Un résumé sympa d’une école de langue anglaise!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.