Complément du salon de la mobilité internationale, il permet la découverte de pépites cachées du monde des langues.

J’ose le monde

Étudiants, jeunes diplômés, cadres, chefs d’entreprise, mais aussi demandeurs d’emploi en reconversion ou tout simplement globe‐trotters avides d’évasion et curieux en tous genres, J’OSE LE MONDE est fait pour vous ! Travailler, étudier, entreprendre ou apprendre une langue, s’expatrier…toutes de bonnes raisons de venir à cet événement.

Ce village thématique a intégré le salon du travail et se concentre sur la mobilité professionnelle. « Etudier, parler, travailler, rencontrer les recruteurs à l’international… Ce village propose toutes les clefs pour réussir son projet de mobilité internationale ». 

0456-j_ose-le-monde
1009-hanban

Notes du lab :

Expolangues a disparu. Après plusieurs voyages elle échoue au salon du travail sous le chapiteau « j’ose le monde ».  Une nouvelle étiquette à cet événement en adéquation certes avec le besoin impératif d’internationalisation de  la France. Avec un triste déficit permanent et structurel du commerce extérieur, la France a plus besoin de langues étrangères, de compétences de communication à l’international et de mobilité de travailleurs que de subventions électorales et conseils « diplomatiques » de ceux qui ne s’éloignent jamais beaucoup de leurs ministères (sauf pour les petits fours, le champagne ou la photo de groupe). Cela reste un peu un véritable voyage et carrefour d’échanges riches en surprises et connaissances nouvelles. Oser le monde, c’est d’abord oser venir, en particulier les entreprises qui ont trop longtemps négligé ces portes d’entrée essentielles de l’export que sont les langues étrangères, les compétences de
communication à l’international et le vivier d’expatriés en devenir.

En réalité les langues étrangères sont devenues ici  « travail » exclusivement ce qui semble ne pas être le meilleur label pour « oser le monde » et inciter à apprendre de nouvelles langues. En province ou à l’étranger, les salons uniquement dédiés aux langues ont plus la côte!

EXPOLINGUA_Berlin
The language show London

Ce  salon n’est plus un rassemblement de geeks des langues, d’aréopages d’enseignants ou d’offices du tourisme et c’est un peu dommage pour Paris trop englué dans son anglais monopolistique. Le dernier carré des langues étrangères peut être observé en cherchant bien!

Bien que naturellement attaché à la mobilité internationale, il nous semble que « les langues étrangères » toucherait un plus large public s’il était rattaché à une « foire de paris » ou un salon plus généraliste pour une autre image de marque.

Publicités