Ressources langues

Revoir ses classiques

Ces « temples » du savoir, connus et reconnus, sont aussi des lieux de nombreuses ressources linguistiques en ligne ou sur place!

La BNF

La Bibliothèque Nationale de France offre accès à des millions de documents en ligne sous le nom de Gallica disponible aussi sur tablette et mobile. même si le fond semble réservé aux chercheurs et linguistes, des documents sur l’apprentissage des langues étrangères s’y trouvent. Une chasse au trésor! Gratuité pour certains espaces ou horaires.

La Bibliothèque Publique d’Information

La BPI du centre Beaubourg dispose, elle, d’un centre d’auto-apprentissage et une collection de supports et méthodes de langues. Gratuite, elle est toutefois sous dimensionnée et la queue habituelle pour entrée (une application existe pour s’informer!) en limite l’usage. De plus le centre d’auto-apprentissage est limité à une heure et un peu, beaucoup, cage à poules. Dommage, mais un lieu intéressant pour choisir et consulter des méthodes avant achat.

30 mn à partir du panneau jaune…

BPI-inalco

 

L’INALCO ou langues O’

Pas du tout limité à l’Orient, c’est le temple français des langues avec plus d’une centaine enseignées. Les chercheurs y pullulent (200 enseignants et chercheurs, 300 doctorants et 15 équipe de recherche). Les manifestions et projets sont nombreux et internationaux. Leur revue, Langues O’, à la fois très pointue et didactique, est excellente mais assez confidentielle…

Le choix des langues proposées pourraient correspondre à une sélection de langues rares mais dont la définition a bien vieillie avec la démographie et les échanges internationaux. l’anglais et l’italien ou l’espagnol ne sont pas présents mais le chinois et russe, oui! Une ouverture sur toutes les langues et une transformation en « langues du monde » serait la bienvenue et pourrait sortir de l’ornière, un brin élitiste, des « langues rares » (comme le chinois…) un brin décalé aujourd’hui.

Langues à Harvard , langues à Berlin

Un descriptif rapide et efficace de l’Inalco

L’Inalco toutefois n’est pas ouvert aux auditeurs libres, plus qu’institut c’est aujourd’hui un centre de formation pour étudiants ou bénéficiaires de la formation continue, mais offre toutefois aux autres un « passeport langues 0′ aux restrictions suivantes:

  • ne donne pas accès aux cours de japonais, de coréen et de chinois, ainsi que les cours dispensés au sein des diplômes d’Initiation d’arabe littéral, d’hébreu et de russe
    ne donne pas droit au statut étudiant.
  • Il est accessible aussi aux non bacheliers
  • Il n’ouvre pas de droits à une couverture sociale ni à la délivrance d’un titre de séjour.
  • donne accès à la bibliothèque et aux laboratoires de langues
  • Le passeport permet de s’inscrire simultanément à des cours de civilisation portant sur des aires géographiques variées ou à des formations portant sur plusieurs langues ; il permet de ne faire que de la langue, ou que de la civilisation dans une aire donnée (kafka bien vivant…).
  • Il coute 500€ pour les plus de 30 ans et 250 € pour les moins de 30.

Le fondement de cette très ancienne institution est ici un peu prise en défaut comparé à la BPI ou la BNF pour la culture populaire et l’universalité des langues avec un O qui devrait symboliser la terre aujourd’hui. Langues’🌍

« Depuis le XVIIe siècle, l’Inalco est resté fidèle à sa mission : « instruire les François à la connoissance des langues » en ouvrant l’enseignement français sur le monde oriental par la diffusion des langues reconnues  » utiles pour la politique et le commerce ». Depuis 1669, l’Inalco se consacre à la création et aux partages des savoirs sur une centaine de langues et civilisations.

l’Inalco, c’est aussi des formations interculturelles remarquables appelées ici « médiations »ou des conférences souvent gratuites ouvertes à tous (elles!).

Éduscol

Portail du réseau Canopé de l’éducation nationale, il rassemble des outils pédagogiques dans sa rubrique langues à l’usage des enseignants. Rien ne vous empêchent d’y jeter un coup d’oeil…surtout pour un parent d’élèves (ressources spécifiques pour eux également).

On y trouvent des ressources étonnantes et méconnues, le marketing n’étant pas le point fort de leurs auteurs (et aussi destinées à une clientèle captive et définie d’enseignants).

 

 

0 comments on “Revoir ses classiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :