Bien choisir son application « langues étrangères »

Une déferlante d’applications en ligne utilisables sur divers supports (smartphones, tablettes, PC) inonde le marché et complique le choix du consommateur voulant apprendre ou revoir une langue étrangère.

 Le plus souvent celles les plus en vue, pour des raisons marketing surtout, sont choisies. Sont-elles les meilleures parce qu’elles ont les plus gros budgets publicitaires ou les meilleurs marketeurs de réseaux? Rien n’est moins sûr…

Ce petit nombre d’applications (voir en fin d’article) semblent faire le buzz et se retrouvent toujours ensemble dans tous les articles du type « les meilleures applications » ou « top 10 » pour apprendre une langue. Premier constat, on ne parle généralement que de celles sur support « mobile » dans le sens restrictif du mot « app » et au format donc très restreint pour un apprentissage quelconque. Deuxième constat, ce sont toujours les mêmes alors qu’il existe des centaines d’applications et de sites dédiés… Il semble évident, après tests, qu’entre les articles « promotionnels », le buzz organisé ou les essais bidonnés, la qualité n’est pas l’élément essentiel. Il est d’ailleurs assez clair à la lecture de la plupart des revues que les éventuels essais n’ont pas duré très longtemps ou que les avis sont repiqués ou téléguidés au hasard des pages web et des sponsors. De plus parler « des meilleures » alors que l’on ne connait même pas l’existence des autres…
Les experts du SEO et des réseaux ont en fait mis en avant des applications grand public, le plus souvent simplettes à base de « flashcards » et de quelques designs ou trouvailles fun et branchés IT. Sur le banc test, peu sont concluantes mais surtout lassent rapidement par leur aspect répétitif et n’abordent pas les points délicats qui permettront d’apprendre vraiment une langue. L’aspect ludique voulu pour une diffusion de masse (et qui peut avoir son utilité) n’est surtout là que pour séduire dans cette course commerciale à l’abonnement mensuel. Quelques rares cas sortent du lot avec une pédagogie et efficacité réelle mais sont peu présents dans les tops. Nous avons donc rassemblé dans cet article quelques quelques critères à surveiller pour un meilleur choix. À vous de les lire et de vous faire votre opinion!

Un esprit critique et lucide requis pour décrypter le marketing intensif car le secteur est une jungle d’esbroufes et de promesses issues des nouveaux bonimenteurs WEB.2.0 Bien repérer aussi les sites « écrans » pour promouvoir des cours classiques, des produits « dérivés » ou encore ceux crées pour faire du trafic sur des mots clés. Lire l’article « les secrets du marketing langues web 2.0 » pour s’y préparer…

Réfléchir aux différents aspects de la langue (compréhension orale, écrit, vocabulaire, grammaire, écoute…) à travailler. Des applications spécialisées existent, d’autres sont généralistes. Il est incontournable de faire appel à plusieurs applications pour une réelle efficacité car les généralistes ont bien souvent des lacunes sur certains aspects de la langue. Mais le budget a aussi son mot à dire…

Comprendre aussi que « digital » n’est pas automatiquement synonyme d’efficacité. De bonnes vieilles recettes comme la lecture « papier » marchent parfois mieux!

Le nombre de langues que vous étudiez influencera le choix d’une application offrant un panel adapté ou un abonnement multilangues. Certaines applications facturent par langue, d’autres présentent un abonnement global. Si vous voulez travailler plus de 2 langues, le budget explose dans le premier cas!

La facilité, le glamour ou l’aspect ludique sont parfois trompeurs… La facilité du démarrage peut être un handicap quand les falaises seront en vue! C’est dans la durée que l’on peut juger de l’efficacité d’une application.les sites aux belles images et trucs visuels sympas peuvent être lassant à la longue et ralentir l’apprentissage. Comparer le temps d’écoute d’une vidéo et celui de la lecture du texte de cette même vidéo!

Nombre d’applications de langue sur mobile sont des clones à base de « Flashcard » qui ne se différencient généralement que par des designs différents et des petits trucs. Souvent sympas et utiles pour un aspect de la langue et top sur le plan marketing, ils ont pour la plupart de grosses lacunes pour vraiment apprendre une langue. Pour un vrai apprentissage durable, il faut de préférence aller chercher un produit principal disponible d’abord sur un PC.Ils existent toutefois d’excellentes exceptions…

La qualité en fonction de la langue. Si le chinois, langue à caractères, est proposé, il n’est pas toujours (et même rarement) adapté à un apprentissage efficace en ligne comme celui des Petits Mandarins ou Ling Long chinois. Certaines langues se prêtent très mal aux sites multilingues conçus au départ pour des langues à l’écriture latine (mais qui veulent ratisser large!)

Connaître son niveau (méthode gratuite avec l’outil CERC ou payant comme Pipplet) permet de choisir les services adaptés. Peu d’applications, par exemple, proposent des niveaux réellement avancés. Vous serez souvent déçus dans ce cas.

Comprendre que certaines applications sont meilleures à un certain stade pour une révision, un démarrage ou un perfectionnement. Le choix variera donc en fonction de votre progression ou de votre vrai besoin. Savoir se concentrer sur une application pour l’exploiter au maximum. Au delà de deux utilisées simultanément (pour des aspects différents de la langue), on se disperse. Préférez l’alternance!

Votre aptitude, habitude et goût d’apprentissage déterminent aussi le choix d’une application très ludique ou à l’inverse pour bosseurs fous. Pour certains l’usage de vidéos de chansons pour apprendre est particulièrement motivant et d’autres préféreront un cours de type classique. Chacun son truc, l’important étant de progresser!

Une bonne application, c’est d’abord celle que vous n’abandonnez pas rapidement! Comme toutes les méthodes achetées dans l’enthousiasme et vendues « état neuf » en brocante, des applications ont un usage éphémère contraire à un bon apprentissage.

Quel budget? Beaucoup de formules sont avec des abonnements mensuels ou annuels. Même s’ils semblent peu coûteux au départ, ils peuvent à la longue être moins économiques qu’une méthode à achat unique que vous conserverez. Attention aux applications qui renouvellent automatiquement l’abonnement (certaines envoient des messages pour vous avertir mais elles sont rares). Autre piège, l’essai gratuit mais qui vous est facturé si vous avez oublié d’annuler et avec parfois une manip fastidieuse (20 minutes avec bugs pour l’une d’entre elles lors d’un essai…). Applis à éviter de préférence car révélatrices d’une politique commerciale agressive voire douteuse.

Quel temps pouvez-vous consacrer par jour ou semaine? Quel objectif et sur quelle durée? Un ou six mois? Un abonnement s’il n’est pas utilisé régulièrement, c’est à dire toutes les semaines, ne sera ni profitable ni efficace (une grande fréquence d’utilisation, même de courte durée, étant l’une des clés principales d’une bonne progression). Certains exercices peuvent se faire en cinq minutes et s’arrêter à tout moment, d’autres ne peuvent être interrompus aussi facilement ou demandent un investissement en temps beaucoup plus long. L’application et sa pédagogie doivent aussi pouvoir être en phase avec vos plages horaires dédiées aux langues.

Le support favori. Certaines applications sont très ergonomiques sur un mobile, d’autres demandent l’espace au minimum d’une tablette pour être à l’aise.

L’orientation de l’application et votre besoin. Certaines sont consacrées à l’apprentissage rapide (pour un voyage) de type conversationnel, d’autres suivront un enseignement structurant de la langue pour le long terme.Bien choisir le créneau pertinent sur le moment

Créer une « toolbox » variée et adaptée aux différents aspects d’une langue. Un « mixte » d’application permet le travail d’aspects divers et évite la monotonie.

Un exemple pour un débutant ou faux débutant en chinois (mandarin)

  • Un démarrage avec une vraie méthode pédagogique (le pivot de votre apprentissage) avec Les petits mandarins pour un travail de l’oreille et du vocabulaire ou Ling Long chinois et Beijing cursus pour un apport plus prononcé en écriture et des éléments « papier’. Une grammaire progressive (et de base) est également à prévoir comme celle de Bescherelle, le chinois pour tous, très agréable.
  • Un pad mandarin pour le travail de l’écriture et une révision du vocabulaire de base
  • Usage de la méthode chinois Assimil après une première initiation pour se familiariser avec des conversations usuelles
  • Travail sur vidéo sur Yabla, CaptionPop, Lyricstraining (bientôt?) ou FluentU
  • Utilisation d’une application pour le traçage des caractères et écoute/lecture de mots comme Written Chinese ou Zihop
  • Outils et dictionnaires en ligne de Chine Info
  • Des petites applis pour s’amuser et réviser dans les transports comme Hello Chinese, Zihop ou Lingodeer

Les revues d’applications les plus visibles sur le WEB