Nom d’un gladiateur, il est de retour avec Assimil celui-là!

Une méthode Assimil dédiée au latin, gonflée l’entreprise leader des méthodes de langues vivantes! Récidiviste, elle propose en plus des méthodes pour les hiéroglyphes et le sanscrit. Assimil a pris ici (et depuis longtemps) un parti osé en l’ajoutant à sa collection célèbre des méthodes « sans peine » de langues vivantes. Le résultat est-il à la hauteur? le défi réussi? Mais, d’abord, une question existentielle se pose…

Pourquoi apprendre le latin?

Le latin, langue morte?

En dehors du Vatican, d’églises, d’écoles de latin comme celle-ci, ce séjour à Rome, ces week-ends d’immersion ou encore des clubs de latinistes, le parler latin se fait rare d’où le nom pas vraiment glamour de « langue morte », classique ou ancienne étant beaucoup plus sympa…

Si l’ougaritique et son écriture cunéiforme semble vraiment défunte, le latin est en fait bien vivant et répandu sur toute la planète par le biais des langues romanes (espagnol, français, catalan, portugais…) ou même de langues germaniques (anglais, allemand). On retrouve ainsi le système de grammaire (comme les déclinaisons) dans le russe ou l’allemand (verbe en fin de phrase). Ce sont les racines linguistiques les plus diffusées dans le monde. Par exemple, les deux langues les plus utilisées dans une recherche de nom de marque globale sont l’anglais et le latin en raison d’une certaine universalité (une activité professionnelle de l’auteur bien placé pour le savoir…) Les caractères « latins » ou « romains » se retrouvent partout. Le latin, un truc omniprésent pas vraiment enfoui…

Plutôt que de réinventer le char et l’aqueduc, voici quelques liens pour comprendre et éventuellement vous convaincre de l’étudier:

Les langues anciennes:

Le latin:

Latin versus italien

Une relation tendre-amère du latin versus italien joliment racontée et documentée (et avec sincérité) sur le blog « Mordus d’Italie ».

La méthode Assimil latin langue vivante

Le lab des langues, dédié aux langues étrangères vivantes, a été intrigué par cette étrange initiative d’Assimil d’où le test…

À la réception du coffret Assimil « le latin », on est tout de suite attiré par l’aspect moderne de son contenu. Comme pour les très nombreuses méthodes qui ont fait son succès, nous avons un manuel rassemblant une centaine de conversations/leçons, des CD audio à l’identique des langues vivantes. Troublant.

Les points communs avec la collection « sans Peine »:

On retrouve donc le découpage en 101 leçons proposées avec un petit mode d’emploi (à lire), l’alphabet et la prononciation en introduction. De courtes (30 minutes de travail environ) puis progressivement plus complètes et accompagnées d’éléments de grammaire progressifs, elles réutilisent le vocabulaire déjà rencontré pour une meilleure mémorisation (répétition espacée) et ont toujours une structure identique avec :

  • Une conversation ou dialogue et sa traduction sur la page opposée
  • Des notes sur des difficultés ou points nouveaux
  • Des remarques de prononciation
  • Un exercice de traduction d’un texte reprenant les termes du dialogue et son corrigé
  • Souvent un petit commentaire interculturel
  • Un précis de grammaire et le glossaire complet en fin d’ouvrage du vocabulaire employé à double entrées (français et latin)
  • Les petits dessins à l’ancienne d’humour

Rappelons avec Wikipedia le principe de cette collection.

Le choix a été de reprendre à l’identique la structure des méthodes de langues vivantes avec une adaptation (un char à la place d’une voiture, par exemple) mais en gardant des situations de vie et des dialogues courants (venez dîner ou je vais à la pêche). Les dialogues sont enregistrés et permettent de « parler » enfin le latin. Cette approche est très fun et judicieuse plaçant ainsi le latin dans un contexte vivant contrairement aux études classiques. C’est le point fort de la méthode.

Le concept de langue vivante pour le latin a été crée par un certain Desessard et réédité (après une interruption) par Assimil: celle-ci était régulièrement réclamée. C’est pourquoi nous avons décidé de rééditer cet ouvrage en le mettant à jour sans dénaturer l’œuvre. Nous avons fait appel à Chantal Guglielmi, professeur de lettres classiques,.

L’aperçu d’une leçon:

Notons que le latin, langue racine du français est quand même très différent. Le français est d’ailleurs la langue romane qui s’est le plus éloignée du latin. Donc « sans peine » mais pas sans travail, la langue latine…

L’audio, le latin à l’oral:

Une question évidente se pose: quelle est l’authenticité du parler utilisé? Des recherches ont réintroduit des prononciations d’avant une latinisation monocorde à la française. Lire cette étude pour comprendre le retour de la prononciation reconstituée.

La méthode utilisée dans l’ouvrage est décrite ici par Assimil avec un enregistrement à plusieurs voix. La version italienne, plus chantante et légitime, a de loin ma préférence. Dommage qu’elle n’est pas été conservée pour l’ensemble des enregistrements, l’auteure souhaitant proposer une diversité historique. Notons que les règles de prononciation avec ses tons transforment l’usage du latin soporifique et sans saveur de la vieille école…

Le choix d’un mélange dans un même texte n’est par contre pas très heureux et trouble la concentration (du moins la mienne). Les conversations au minimum avec un seul accent par leçon auraient été plus agréables.

Les particularismes de la version latine versus « langues vivantes »:

Les notes de vocabulaire sont très consistantes et ajoutent de la grammaire. Les notes en rouge, plus culturelles sont aussi très intéressantes et l’ensemble apporte une lecture passionnante en plus de l’apprentissage. Le lien avec les langues romanes est souvent rappelé et donne à l’ouvrage une dimension différente (culturelle et européenne). Toutefois leur poids et précision alourdissent un peu l’apprentissage…

La grammaire progressive a mis le turbo en comparaison avec celles des langues vivantes et est beaucoup plus consistante (pavé, c’est le mot, de bonnes intentions, certes) surtout si on y ajoute les notes et les ajouts intra conversation. On a même dans les premiers textes (conversation!) des conjugaisons qui se balladent. Ça fait un peu tâche dans cette collection… On comprend la latiniste qui souhaite offrir un ouvrage complet mais déroge quelque peu à la règle Assimil. En même temps il s’agit à priori d’une langue proche plus facile d’accès…

On n’a pas voulu, par exemple comme en russe, séparer autant l’étude de conjugaisons et de cas et on a rapidement des tableaux complets à avaler. La méthode est toute sauf passive!

L’ouvrage est dense, en particulier à cause des notes, et semble correspondre au choix de proposer un livre suffisamment complet pour plaire à des latinistes. L’ajout de nouveaux mots semble aussi beaucoup plus rapide (trop) que dans les autres méthodes. L’effet répétition espacée avec trop de nouveautés peut en souffrir. Le texte est aussi plus riche, dense et varié…

Les querelles d’experts sont nombreuses (sur la prononciation encore plus:-) et ils peuvent oublier un peu les apprenants débutants dans leurs discours et choix. Cette sensibilité de latinistes se ressent d’ailleurs dans les choix d’écriture de l’ouvrage (à mon avis un peu au détriment du plaisir d’apprendre et de la simplicité). Mais trop toucher aux habitudes du latin en France relève de l’outrage comme pour la langue française…

Autres produits « latin »:

Éthymolinguo, le jeu des racines grecques et romaines et le dictionnaire de latin

Nous aimons

  • Parler latin, c’est quand même autre chose que le thème latin de son enfance…
  • Un livre à lire en plus d’une méthode
  • L’univers « langues romanes »
  • La méthode a le mérite d’exister sous une forme vivante et moderne
  • Très complet (trop?)
  • Un ouvrage devenu référence

Nous aimons moins

  • La variété de voix dans une même conversation peut être déplaisante. On s’endort un peu et on se réveille avec les voix italiennes ou espagnoles. Mais les autres avec l’accent de Lutèce…
  • Un peu pavé en comparaison des autres méthodes. On ressent le poids des latinistes…
  • Progression un peu trop rapide de la grammaire et de la richesse du vocabulaire pouvant impacter la moyenne recommandée d’étude de 30 minutes.

Notes du Lab

L’expérience est globalement réussie. l’application de la méthode sans peine au latin donne un aspect vivant et utile (on peut enfin parler en latin!). L’image de marque de l’enseignement de cette langue et le label langue morte n’a pas beaucoup aidé les latinistes en herbe et les vocations. Avec le latin par Assimil, on peut enfin aborder avec plaisir cette étude (c’est son grand mérite) et ainsi plonger dans ses racines au coeur des langues romanes. Il est vrai que le latin comme le grec permet de mieux comprendre et manier la langue française mais cet argument doit être en partie abandonné pour voir plus en grand et dans une dimension culturelle européenne (item de communication entre des élèves étrangers). Une motivation sympathique est aussi, par exemple le voyage vers une Italie ou une Espagne et pouvoir y lire des inscriptions romaines à l’élu(e) de votre coeur.

La méthode est légèrement différente de celles des langues vivantes par le poids de ses notes, la grammaire et son vocabulaire enrichi qui fait plus penser à une méthode « perfectionnement » dans son usage. L’avance dans la méthode est donc un peu plus lente même si la parenté peut faciliter la compréhension. Un gros regret: l’usage unique de la voix italienne aurait donné beaucoup plus de vie à ce latin.

Le choix commercial entre un ouvrage de découverte et un manuel pour satisfaire des latinistes n’était pas évident… Il est compréhensif que l’on ait voulu faire un seul volume de ce qui aurait dû être un volume de démarrage et un volume de perfectionnement comme dans le cas des langues vivantes. Disons que l’on a tout en un et un pour tous!

Annexes:

Le lien incontournable!

Autres liens:


En finir avec le pensum: le latin et moi, ça fait deux…

L’auteur de l’article a connu au lycée le Gaffiot, les thèmes et les cohortes romaines de la guerre des gaules dès la sixième (à l’époque lycée) ce qui a eu le mérite de booster son intérêt pour les langues vivantes et d’instituer un rejet définitif et sans appel du concept de « thème latin »… Des années plus tard et une dizaine de méthodes Assimil langues vivantes dans sa besace, sa curiosité s’est éveillée avec l’offre de la méthode Assimil pour une langue à priori « morte ».

Son opinion sur le latin pour apprendre les langues romanes se résume à cette citation d’un polyglotte:

As for the claim that it helps with learning Romance languages, knowledge of any one Romance language helps with learning the others. You don’t need to learn the parent language.

ou à ce texte en italien.. Textes non traduits car, passant quelquefois devant la Sorbonne, je ne tiens pas à recevoir une volée de cailloux ou un pilum 🙂

Toutefois…

Ayant étudié le latin, français, italien et espagnol et étant amateur d’histoire et de voyages et en ajoutant un beau certificat d’enseignant de l’intercompréhension des langues romanes aux enfants, il lui est venu à l’idée que dans un monde moderne et une école surchargée de matières et de programmes, le latin et les langues anciennes, dans leur forme actuelle, doivent être apprises après le bac (en particulier pour de futurs archéologues ou linguistes).

Mais

Un cours de civilisation des langues romanes pourrait être mis en place en Europe du sud avec des échanges (voyages, en ligne,…). Ce programme européen inclurait des éléments historiques et linguistiques. On retrouve ce type de programme dans les initiatives de l’intercompréhension et l’idée générale dans ce jeu publié par Assimil Latinolinguo. ou encorecette création originale. C’est aussi une option de survie pour les enseignants actuels en langues anciennes dont l’urgence est plus d’intéresser que de noter…

La convergence et la synergie de plusieurs « matières » comme l’histoire, les langues anciennes grecque et latine, le français, l’espagnol,… peuvent motiver les élèves et leur faire découvrir de nouveaux horizons. L’important pour le latin (et le grec, étrusque, phénicien…) est d’intéresser et de faire connaître leur influence. Dans ce cadre des mini-cours de langues anciennes et en particulier celui du latin (dont il reste à écrire les manuels permettrait une initiation rapide pour pouvoir profiter de ce nouveau cours de substitution.

Ce cours de « culture romane »ou »antique » inclurait par exemple:

  • Des courses au trésor pour déchiffrer des inscriptions visibles sur des monuments
  • Un apprentissage fun et léger de latin comme l’exemple de Legonium et des BD d’Astérix
  • Des jeux comme Latinolinguo ou Éthymolinguo super motivants et intéressants
  • L’utilisation d’expressions latines en situation théatrale (parler)
  • Des jeux d’intercompréhension des langues romanes
  • L’étude et comparaison d’institutions civiques d’hier et d’aujourd’hui
  • L’histoire du monde grec et romain en utilisant des mots de ces langues
  • Une approche des langues de l’antiquité en lien avec l’histoire du latin et grec
  • Des échanges entre élèves de pays différents et parler latin
  • Des initiations à l’archéologie et à son travail manuel
  • En dessin, l’initiation à la calligraphie/écriture ancienne
  • Histoire des maths et jeux sur le calcul en base latine…
  • L’étude de l’Europe « romane » d’aujourd’hui

Pour les apprenants mordus, la méthode et les outils de latin d’Assimil peuvent très bien permettre un apprentissage en autodidacte ou avec l’aide de parents. Des jeux en ligne et des applications fournissent également des supports de qualité pour pratiquer.

Les combats d’arrières gardes ont rarement fini en victoires. Il s’agit alors de modifier sa stratégie pour reconquérir du terrain. Ce sont aujourd’hui Astérix et Assimil les meilleurs diffuseurs et défenseurs du latin… En prendre acte!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.