Écouter et comprendre chinois coréen Livres, magazines...

20 séries coréennes et chinoises à tomber! Saison 2 🙂

Voici un second panel de films asiatiques de Chine et de Corée (choix entièrement subjectif et axé sur les séries) qui vont vous surprendre.

Voir des films en langues étrangères est un grand classique des trucs de l’apprentissage d’une langue. Ils demandent un niveau suffisant ou/et un sous-titrage (notons que l’on peut souvent choisir, sur des DVD ou en streaming, une autre langue comme l’anglais pour lire et la travailler). L’intérêt pour un apprenant débutant ou au niveau insuffisant pour comprendre est alors double. Culturel pour la découverte d’une culture, d’un pays et d’un cinéma différent et une source de motivation pour apprendre. Les drames coréens ont ainsi incité nombre de personnes à étudier la langue coréenne.

On pourrait dire qu’ils n’ont rien à envier à l’industrie hollywoodienne mais cela est inexacte. Les sociétés américaines sont bien incapables de réaliser de tels films par manque de culture de leurs réalisateurs mais surtout par celle de leur marché principal, les USA.

Corée

Les bonnes séries coréennes sont époustouflantes de qualité cinématographique et de l’art du détail (il y a bien sûr aussi des tromblons mais généralement anciens) mais surtout remarquables de créations de scénarios en particulier pour les dramas, comédies romantiques. Des séries de 30 épisodes regorgent de rebondissements les plus improbables les uns que les autres mais cette imagination caricaturale et débordante devient finalement un art certes toujours un peu dans le même décor, la majorité de la population vivant à Séoul. 

L’imbroglio des triangles ou rectangles amoureux s’imbriquent dans des scénarios à thème (le monde judiciaire, la communication l’entreprise, l’école, la chirurgie esthétique, le monde de la mode ou du spectacle ou encore les faits divers). Ils concurrencent les secrets de famille qui réclament un tableau blanc avec feutres couleur pour suivre avec des trucs magiques ou improbables qui se mêlent à la vie de tous les jours avec des Gobelins, fantômes (thème récurrent), des gens venus de l’espace ou du passé/futur, des pouvoirs (la femme qui voyait les odeurs, celui ou celle qui voit les fantômes). 

Une mention spéciale pour les films de capes et d’épées centrés sur l’époque Joseon, l’époque glorieuse de la Corée. Ici les décors, costumes, combats… sont d’une précision et finition à faire rougir les trois mousquetaires! Le cinéma coréen, c’est aussi beaucoup de gros plans sur les mimiques et postures stéréotypées (peuple plutôt moins expressif que nous) et le transformisme, des femmes en particulier, ou l’habit et le maquillage font le moine et le syndrome de cendrillon des ravages. L’industrie du maquillage cartonne… Un autre trait est la jeunesse (parfois apparente) des acteurs et actrices d’où le nombre de CEO qui semblent sortis du lycée (ce qui permet dans le même film d’utiliser les mêmes acteurs en cas de flashback au collège). Malgré leurs milliers d’employés et grosses voitures, ils conservent d’ailleurs l’immaturité des premières années du lycée pour les relations amoureuses dans les films. Un grand écart qui intriguera les Français…

Gros points forts, les différences sociales. La fascination pour la haute société, celle de l’argent, est omniprésente avec le fossé creusé et l’arrogance des possédants qui s’arrogent tous les droits mais aussi la très grande fréquence des mariages à la cendrillon presque toujours dans le même sens, homme riche et femme qui galère. 

Un étranger peut percevoir, même si ce ne sont que des fenêtres biaisées de l’industrie du spectacle, des tocs culturels comme les saouleries entre collègues et ses vomissements réguliers dans tous les films avec une remarquable parité, le stress au travail, l’importance des rapports sociaux codifiés, l’attachement viscéral et statutaire aux fratries et confréries, l’obsession de la nourriture, la lutte des femmes pour une reconnaissance sociale, l’omniprésence de la culture entrepreneuriale « bars à hôtesses » ou l’expression curieuse et codifiée des sentiments et des rapports amoureux (ici on « date »). Ne pas s’étonner non plus de la trentenaire qui attend son premier baiser avec émoi (sans la langue…) ou celle qui rougit pour un bisou accidentel sur la joue mais qui 20 minutes plus tôt a collé une rouste de taekewondo à cinq malfrats baraqués et patibulaires. Le monde de l’entreprise et de la justice (la politique n’en parlons même pas) est aussi une pourriture à faire rougir un vieux gang de zombies des années 60.

Il est toutefois recommandé de consulter quelques blogs de français et françaises vivant en Corée pour tempérer la loupe déformante de ces films. Ou confirmer…

Chine

Le cinéma Chinois (les séries toujours) n’a pas la même qualité et perfection à la coréenne et pèche souvent par leur montage fantaisiste (passer du coq à l’âne définit assez bien certains films) et une finition de films à la truelle. Mais attention le niveau s’est considérablement relevé depuis quelques temps en particulier pour les séries épiques plus grandioses que les coréennes (mais l’histoire leur donne un avantage). Trois caractéristiques pour elles, le double de potion magique, des décors grandioses et de la philosophie en masse (Confucius, Bouddha, Taoïsme, tai-chi and co…) pour ces dernières!

Plus de lieux, plus de décors permettent de sortir du carcan géographique des séries coréennes et la nouvelle génération de séries est de plus ouverte à l’international par l’industrie chinoise du divertissement à la croissance qualitative exponentielle.

Où les voir

On peut les trouver entre autres sur Netfix (choix moins nombreux et parfois un peu pourri) mais surtout sur Viki ou iq.com et gratuitement si l’on peut supporter les publicités récurrentes et parfois crispantes (certaines sont de petits bijoux pour vous faire craquer nerveusement…). L’avantage de ce dernier est aussi de présenter des bios des acteurs et liens vers leurs films. Sous-titrages possibles dans plusieurs langues (dont le français parfois) mais l’anglais est le plus fréquent (hors langues asiatiques) et le plus complet lors d’une traduction bénévole en cours. Les séries sont toutes visibles avec abonnement mais la plupart gratuitement et partiellement si en cours de diffusion TV) ou les sous-titrages en cours (patience requise et tolérance pour les bénévoles qui s’y collent). De nouveaux titres arrivent en permanence… Une production étonnante qui s’explique par la taille du marché asiatique qui se compte en milliards d’habitants!

Un conseil : éviter d’attaquer une série en cours avec 5,6 épisodes visibles. Si elle est béton, c’est la frustration assurée!

Les séries

Avec un extrait du descriptif officiel. Depuis cet article des dizaines de nouveautés sortent chaque mois, une production impensable en France et qui se répand hors d’Asie. Quelques séries de variétés (aux moyens impressionnants) ont été rajoutés dans cette liste…

Bride of the water god (Corée)

Yoon So Ah (Shin Se Kyung) est une neuropsychiatre pragmatique qui porte sur ses épaules un énorme fardeau financier pour faire tourner son propre cabinet. Sa famille a été chargée de servir Ha Baek (Nam Joo Hyuk), une divinité aquatique réincarnée, pour de nombreuses générations et So Ah se voit donc dans l’obligation d’accomplir son devoir. 

Un truc qui n’arrive pas tous les jours et qui complique la vie de l’héroïne…

Sell your haunted house (Corée)

JA, une femme qui a hérité des dons d’exorcisme de sa mère, est la propriétaire de Daebak Realty, une société spécialisée dans la vente de maisons hantées. Ji A a une apparence parfaite et est également brillante, mais son tempérament bouillant fait que ses poings prennent le pas sur ses mots. Un jour, Ji A rencontre un escroc nommé In Beom, spécialisé dans les exorcismes frauduleux.

Si le métier d’agent immobilier vous tente, éviter d’aller en Corée! Et dans la série, le rôle principal est attribué à Jang Naraaaaa!

L’épée et le brocard (Corée)

Née fille d’une concubine, Shi Yi Niang (Tan Song Yun) était très consciente de son statut inférieur et de son manque de relations sociales. Cependant, son rang inférieur ne l’a jamais empêchée de dire ce qu’elle pensait ou de poursuivre ses rêves. Convaincue que les femmes devraient être libres de mener une vie en dehors du foyer, Yi Niang espérait un jour utiliser ses talents de brodeuse pour assurer sa liberté. Mais le destin lui réservait autre chose. 

Doux, émouvant, passionné et l’art de la broderie, vedette de la série! Et puis des costumes et décors, charmants…

Police university (Corée)

Le piratage informatique était le seul moyen pour Kang Sun Ho d’échapper à sa vie misérable après le décès de ses parents dans un accident alors qu’il n’avait que dix ans. Il finit par exploiter ses talents de pirate informatique en tentant de voler des fonds de jeux illégaux pour payer la chirurgie contre le cancer de son père adoptif. Un jour, Sun Ho rencontre par hasard une charismatique judoka, Oh Kang Hee, et tombe immédiatement amoureux d’elle. Pour être avec elle, il se fixe comme objectif d’obtenir une lettre d’admission de l’université où étudie Kang Hee et finit par être accepté. Cependant, il ne s’attend pas à ce qu’un visage familier de sa précédente frasque, Yoo Dong Man, l’accueille comme professeur

Une comédie relevée et menée tambour battant… Il faut dire qu’avec l’acteur Cha Tae Hyun on ne pouvait s’attendre à une série de tout repos!

The untamed (Chine)

Dans un pays dominé par le puissant clan Wen, un jeune homme nommé Wei Wu Xian (Xiao Zhan) noue une amitié non conventionnelle avec Lan Wang Ji (Wang Yibo du boys band Uniq), épris de justice.

Lorsque le duo tombe inopinément sur des preuves impliquant le chef du clan Wen dans un complot visant à apporter le chaos aux habitants de leurs terres, Wei Wu Xian et Lan Wang Ji décident d’intervenir.

Des héros ying et yang, des drames et de la fureur pour cette série époque et costume.

The bloom at Ruyi pavilion (Chine) 

Fu Rong who’s the second daughter of the Fu family unexpectedly had the ability of « foreseeing dreams »after a serious illness. She predicted that she would marry to Prince Su, Xu Jin, and finally suffered the fate of being buried. However, Xu Jin also has the ability of foreseeing dreams. Although Xu Jin also predicted the same tragedy, he doesn’t want to avoid it but try his utmost to change the destiny. These two people begin the sweet game of « framing one another ».

Une série costume et une vie bien compliquée. Mais l’amour triomphe à la fin…

Young blood (Chine) 

Hot-blooded young man Zhang Xincheng leads his team to uphold justice and defend the Song Dynasty.

Une énergie insolente qui plaira aux amateurs de séries d’époque et de fureur.

Arsenal military academy (Chine)

To study at the Military Academy, Xie Xiang disguises herself as a man. She develops a close friendship with her classmates Gu Yanzhen and Shen Junshan. In addition to keeping her secret, she also needs to work hard at all the training. Meanwhile, Xie Xiang and her friends experience an array of events

Une belle brochette de personnages pour cette série qui évolue dans un contexte historique difficile pour la Chine.

Crossroad bistro (Chine) 

Five women of different backgrounds open up a restaurant together when life is not going anywhere. In this process, these hardworking, modern women forge a wonderful friendship through mutual support and encouragement.

On s’attache très vite aux personnages perdus dans leurs vies très différentes. Tendre amère, une série en mode « choses de la vie » d’une grande sensibilité et une vision de la Chine bien différente des stéréotypes véhiculés à l’ouest. Et la qualité des acteurs et des actrices…

Monthly magazine home (Corée)

It tells the story of the true romance between the man who buys the house and the woman who lives in the house, resonating with and offering warm comfort to the viewers.

Une comédie à la coréenne avec des classiques du genre mais si bien enlevée par la pétillante actrice Jung So-Min.

Youth with You 2 et 3 (Chine)

Émission musicale pour la création d’un groupe de C-pop avec votes, juges et tout le fourbi. Des talents incroyables, des personnages touchants, de la sueur et des larmes pour ce concours très dur où seulement 9 participantes ou participants (pour la version 3 ) sont sélectionnées. Une avalanche de politesse et sentiments communautaires pour ces candidats (V3) et candidates (V2) introuvable dans une émission française ou américaine. Un autre monde… Émission connue maintenant dans le monde entier avec son mentor de danse Lisaaa des Blackpinks!

Stage boom (Chine) 

Une ultime chance dans ce mini show pour des rescapées de la K/C-pop en mal de succès. Une ambiance un peu déroutante et intimiste mais des talents, des vrais, mal reconnus car ne rentrant peut-être pas dans le moule… Et de vrais spectacles pro crées autour de la personnalité de chacune.

Girl planet 999 (Chine)

Un copycat d’une émission coréenne (mais sans payer les droits…) mais meilleure que l’original! Un concours musical de K/C/J-pop de filles K pour Korean, C for Chinese and J for japenese). Plus dans le charme et les minauderies, son pittoresque indéniable s’ajoute au charisme des juges, de vrais idoles. Mais on y trouve aussi des talents surprenants et bien différents de chez nous. Une caractéristique, la présence de 3 équipes (Chine, Corée et Japon) dont on perçoit rapidement les différences culturelles et l’influence de la Corée dans cette industrie où les Coréennes sont perçues comme les ennemies à abattre en raison de leur hégémonie (provisoire à mon avis). Le truc tordu, c’est que les groupes de départ par pays doivent dans la première étape se diviser en groupe de 3 avec une de chaque pays (et dans la même chambre-dortoir car on vit sur place et en mode exigue dans ce genre d’émission). Et puis des votes individuels, des éliminations par groupe… une batterie sélective impitoyable (on aime les larmes dans cette émission). Notons que des missions (sélectives bien sûr) sont imposées et dont il faut comprendre les mécanismes tortueux. Made in Asia aussi avec ses attitudes collectives (positives) bien différentes de la France!

Chuang 2020, émission chinoise est du même boudoir.

Idole Producer (Chine) 

Un peu en retrait, une émission touchante avec ses garçons au look porcelaine ou faux durs qui plaira à un jeune public féminin. On trouve un peu de tous les niveaux avec quelques « alphas » pour plaire à tous les publics visés. On s’y attache pourtant…

Loud (Corée)

Deux légendes de la K-pop (Park Jin Young’s JYP et P NATION de PSY) reçoivent dans un décor intimiste et décalé des candidats. Les deux producteurs et professionnels blindés du genre sont sans concession mais apprécient l’originalité et le non conformisme, un truc rare dans ce milieu. Un coté décontracté et sans complexe qui tranche avec les jurys habituels. Cette série ne donne pas dans le spectacle mais présente de jeunes candidats dans un environnement très pro. Elle détonne dans le milieu du divertissement avec des talents surprenants et éclectiques (voire dingue) pour de jeunes débutants et qui interroge sur le niveau attendu de nos jours sur ce marché. Une émission hors cadre comme celle de stage boom.

Les héritiers (Corée)

Le monde est à leurs pieds et le poids du monde est sur leurs épaules. Les enfants de la haute sphère de la société doivent porter le poids du succès alors qu’ils grandissent en tant qu’héritiers de l’empire familiale de leur famille malgré qu’ils ne soient encore étudiants.

Si vous êtes fasciné par le monde de l’argent à la coréenne et ses Chaebols, une bonne série où bien sûr la pauvre et courageuse cendrillon…

Pinocchio (Corée) 

Ce drama dépeint la poursuite passionnée de la justice par de jeunes journalistes. Choi In-Ha (Park Shin-Hye) souffre du syndrome de Pinocchio qui lui donne un hoquet violent et incontrôlable lorsqu’elle ment. Choi Dal-Po (Lee Jong-Suk) est un jeune journaliste qui possède une très bonne mémoire ainsi qu’un physique avantageux qu’il cache derrière sa coiffure et ses vêtements sales. Seo Bum Jo (Kim Young-Kwang) est un héritier chaebol toujours de bonne humeur, qui n’a jamais eu de difficultés dans la vie.

Touchant et attachant! Si seulement les gentils pouvaient toujours gagner comme ici…

Haute société (Corée) 

Pouvez-vous tourner le dos à la richesse et trouver le bonheur pareil? Jang Yoon Na (UEE) est la cadette d’une famille Chaebol, mais elle aspire à trouver un homme qui l’aimera elle et non sa fortune. Elle va rejoint donc travailler dans un marché alimentaire et prétend venir d’un milieu pauvre. Le gérant de Yoon Joon Choi Na est Gi (Sung Joon), un homme qui est déterminé à réussir et à laisser son passé défavorisé derrière lui. 

Une histoire haletante dans un monde difficile voir cruel, celui des Chaebols. Du Balzac?

Brillant héritage (Corée)

Quand Eun Sung (Han Hyo Joo) perd tout, la vie va lui accorder une seconde chance à cause de son « coeur pur ». Chassée hors de la maison par sa belle mère avec son frère autiste lors de la disparition de son père dans un accident, une rencontre va tout changer!

Dans la vie, il y a celles et ceux qui galèrent et les autres. Un conte moderne sur le sens de la vie.

Protéger le patron (Corée)

« La courageuse Eun Seol a des difficultés pour décrocher un bon travail avec ses capacités médiocres et se bat contre le chômage. Quand elle se fait enfin engager comme secrétaire dans un grand conglomérat, elle veut tout faire pour à tout prix garder son emploi. Mais elle ne se rend pas imédiatement compte que le neveu du président l’a embauchée pour travailler pour le fils du président, Ji Heon, afin d’essayer de le saper et ensuite reprendre la société à sa place.

Une comédie qui décoiffe, un brin parodique mais qui vous distrait. C’est le but!

Bonus

The ideal city (China)

Une femme dans le secteur de la construction face aux hommes et aux magouilles de cette industrie. Un pan de vie remarquablement filmé avec sobriété, nuance et subtilité qui rend honneur au cinéma chinois avec sa nouvelle esthétique et surtout réussite. L’actrice principale n’a pas non plus les standards de beauté habituels mais rapidement semble taillée pour le rôle.

Yes, I do season 2

Une émission de télé-réalité de rencontres amoureuses made in China, un autre monde… Que l’émission soit sponsorisée par un fabricant de glace et les observateurs n’arrêtent pas d’en manger (qu’ils veulent ou non) face aux caméras étonnera un peu mais la politesse, sensibilité, et honnêteté des analyses et des rencontres beaucoup plus. Aucune vulgarité, réaction explosive, exhibitionnisme ou remarque scabreuse pour cette émission qui vous ouvrira les yeux sur un pan de la jeunesse d’aujourd’hui et des relations amoureuses.

Notes

D’autres tops sur ce site dédié et très complet pour les fans de dramas Coréens (mais nous n’avons pas les mêmes préférences 🙂

Une fonction existe sur Viki pour utiliser les sous-titres dans la langue du film à des fins d’apprentissage

Notre première version de l’article

3 comments on “20 séries coréennes et chinoises à tomber! Saison 2 🙂

  1. Merci de cette excellente présentation. Pour le moment, je reste axé sur les séries coréennes que je préfère aux chinoises. C’est vrai que ça boit beaucoup… mais quelle richesse des scénarii qui font rebondir la série d’épisode en épisode. J’ai également beaucoup le format : en général quasi une heure voire un peu plus. Et on y découvre une culture dont on se s’en proche, et je ne saurais dire pourquoi.
    John

    • Un élément que je n’ai pas signalé, c’est l’importance de la bouffe omniprésente dans les séries (quand ce n’est pas d’ailleurs le thème principal…). Je m’oriente de plus en plus vers la production chinoise, la qualité étant de plus en plus présente, mon goût personnel (époque et costume) et l’apprentissage du mandarin n’étant pas non plus étrangers à cette orientation 🙂

  2. Toujours un plaisir de voir des review sur des ressources authentiques tellement précieuses pour l’apprentissage (même si difficiles) ! Merci pour le partage d’informations !!! Keep going on the great job !
    Matthieu |रुक्माल|Langues d’Ailleurs|

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :