Une application avec de l’ambition, Globespeaker

Un produit français dans l’arène mondiale des applications langues étrangères !

Globespeaker

Cette revue est un premier jet. Nous complèterons au fur et à mesure du développement et de la découverte des fonctions avancées.

Une application nouvelle et en plein développement, issue de l’expérience réussie des Petits Mandarins pour l’apprentissage du chinois. Ici, on propose un outil multilingue et au format identique pour toutes les langues.

Le concept, repris de son homologue chinois, est celui d’une progression par marches (étapes) visualisées sur un motif (ici la tour de Pise pour l’italien) et qui se débloque au fur et à mesure de votre avancée. Deux aspects sont étudiés, le vocabulaire et la grammaire. Ajoutons aussi un brin d’interculturel ! Le vocabulaire s’acquière par la lecture/écoute, mais aussi par une gamme de « jeux ». Notons que Globespeaker est une des rares applications à proposer de la vraie grammaire diffusée de manière digeste au fur et à mesure du parcours.

Elle est une application semi-linéaire qui trace votre chemin avec une liberté dans le choix de l’étude des leçons de grammaire ou des jeux. Mais pour passer à l’étape suivante, vous devez satisfaire à un résultat minimum (80% de taux de réussite pour ne pas être bloqué) et pouvoir accéder à la marche suivante.

Langues et Niveaux

Les niveaux (CECRL), comme pour les petits mandarins, iront du grand débutant au très avancé (actuellement s’arrêtent à B2). Ils ne sont toutefois pas décrits sur les parcours (l’application étant nouvelle, beaucoup de choses sont à compléter). Des tests de niveaux sont aussi disponibles à partir de l’abonnement étudiant.

Des projets ambitieux de langues additionnelles et le souhait de favoriser des langues moins connues caractérisent l’esprit des auteurs.

Le tableau de bord

Élément essentiel, cette tour de contrôle vous permet en un clin d’œil de visualiser toute votre activité. Simplicité et rapidité, c’est une partie très réussie du site qui permet d’accéder à toutes les fonctions (pas d’usine à gaz comme beaucoup d’autres). Un défaut toutefois : l’application appelle « leçons » celles de grammaire. Une confusion alors avec les « leçons » de vocabulaire considérées ici comme « jeux » d’où le bouton « jouons » dans le menu. Pour plus de clarté, celui-ci devrait apparaître dans le tableau au-dessus de « leçon »…

On y trouve l’accès à tous les outils, mais également des services comme les tests ou le coaching (selon abonnement).

Présent également, Un mini flashcard qui permet de réviser le vocabulaire du niveau en cours (un autre, celui du vocabulaire, ne fait que ceux du cours étudié).

Un rapide point aussi sur vos travaux et votre avancée. Minimaliste, il est bien suffisant pour la majorité des apprenants plutôt que des statistiques compliquées où beaucoup perdent du temps à les lire au lieu d’apprendre (mais un outil pour les enseignants/tuteurs).

Il est ici aussi possible de retrouver une leçon de grammaire ou faire une recherche dans le dictionnaire de tous les mots utilisés dans l’application.

Un truc d’enseignants un peu planqué dans le triangle en haut à droite pour la recherche, les filtres. Pointu et à essayer pour en comprendre l’intérêt…

Bref, l’ensemble est un outil remarquable de synthèse.

Les cours (leçons de grammaire + jeux)

Cliquer sur le parcours sur l’un des ronds en gras (marches accessibles) en général le dernier. Un premier plan pour savoir où vous en êtes (ici on démarre…) ! La progression affichée dans le cadre des marches vous donnent un objectif raisonnable à atteindre. Chaque cours est de taille réduite, progressif et gérable sans peine. Vous pouvez réétudier à tout moment les marches débloquées. Une fluidité et un accès direct rendent plaisante la navigation. Pas de trucs inutiles, encombrants ou de process fastidieux et lassants. Au taff, direct !

Vocabulaire est le « jouons » ! Dans un premier temps, on étudie le vocabulaire du jour avec sa transcription, traduction et écoute. Bonne qualité du son et de la prononciation (natifs). C’est la phase découverte et de première mémorisation court terme qui correspond à la première case « flashcard ».

On peut aussi commencer par cliquer sur vocabulaire en haut pour découvrir les mots du jour. Je préfère cet ordre de lecture (commencer par le flashcard, « vocabulaire » étant un exercice de révision). Mais chacun son truc… Par contre, si les mots sont la plupart déjà connus, Vocabulaire est plus rapide pour un coup d’œil avant les jeux.

Une fois étudiée, la gamme de jeux va vous permettre d’enregistrer les mots dans la mémoire à long temps en les reprenant sous différents aspects et angles (écrit, images, sons…) Les étoiles, remplies ou non, indiquent votre degré de réussite et sont beaucoup plus sympas que les % habituels !

Explication des étoiles :

Exemples :

En fin de série, le point sur les mots rencontrés (une révision en passant et aussi un petit encouragement.

Pour réviser le vocabulaire de suite ou plus tard, le flashcard dans votre tableau de bord. Minimaliste, il est rapide et efficace.

Deuxième phase, les leçons (de grammaire) que l’on peut prendre dans le désordre (les jeux sont, de préférence à l’usage, à faire dans l’ordre). Distribuées à petites doses, elles ne rebuteront pas l’apprenant. On peut imprimer les fiches pour faire un précis de grammaire à consulter (recommandé).

Objectifs

Plusieurs signalétiques pour vous informer et guider. Un graphe des scores également. Les objectifs sont prédéterminés et cadrés par les marches. Cet aspect structuré plaira aux grands débutants et à ceux qui aiment l’organisation. Notons l’usage des objectifs du CECRL, les A1, B2… en accord avec l’usage en Europe.

Des statistiques permettent d’en savoir un peu plus sur l’évolution le long du parcours. L’obligation d’un taux minimum de réussite oblige l’apprenant à prendre au sérieux son apprentissage plutôt que de se balader au gré de ses envies et grappiller des exercices au hasard des cours. Structurant.

Les services

Ils sont en plus de la formule de base (voir les abonnements) :

Des trucs comme l’accès direct à votre niveau après avoir fait le test (ce qui vous évite de démarrer depuis « bonjour »), des révisions personnalisées qui utilisent les modes répétition espacée et boîte de Leitner (c’est-à-dire qu’elle agit de façon dynamique pour mettre en avant les mots moins mémorisés), du coaching et un accès aux niveaux thématiques professionnels.

Exemple de thèmes :

Un détail impressionnant, mais dont il faut connaître le nombre d’entrées. Nous n’avons pas testé, mais les applications sont trop souvent décevantes quand elles affichent le terme « pro ». Exportateur de terrain, j’ai dû continuellement créer mes propres outils en cinq langues pour déjà pallier la faiblesse des publications « pro » ou je suis allé les chercher à l’étranger, l’Allemagne en particulier pays très exportateur et riche en publications.

Le culturel (selon l’abonnement) égaye l’étude et encourage l’apprentissage. C’est une simple introduction (on peut trouver des ouvrages plus complets comme ceux de l’Afnor), mais en dehors de rendre vivant la langue, les connaissances interculturels permettent d’apprécier la langue et une première préparation au voyage. C’est aussi le mode d’emploi de la langue !

Paramètres et options

Tout est prémâché. Les « paramètres » sont en fait les détails de votre compte (une erreur de casting pour ce terme). Une option toutefois pour une police dyslexique, un truc intelligent que l’on ne trouve nulle part ailleurs…

Tarifs

Exemples de prix à ce jour :

Un standard dans la moyenne. Les abonnements sont par langue contrairement à ce que fait penser l’essai gratuit. Une précision qui manque dans la promotion du produit et dans ses tarifs. Pas de prix affichés pour plusieurs langues, mais des packages existent à demander à l’assistance…

La formule avec coaching apporte un réel suivi et de l’oral, mais surtout une base de vocabulaire « pro » dont certains éléments seraient bien utiles pour les étudiants… très tendance, elle a souvent le défaut de ne pas individualiser le coaching. Une formule à la demande permettrait de choisir le nombre d’interventions selon sa personnalité et serait ouverte aux « étudiants » ou tout autre apprenant.

Les trucs à la française habituels, une spécialité locale :

Globe speaker a une vocation internationale et est traduit en plusieurs langues. Pas sûr que le message Qualiopi ou du CPF soit très lisible à l’étranger… À réserver, à mon avis, à la version française pour les assistés français.

Les Chinois seront sûrement très intrigués…

Entreprises et collectivités

Globespeaker s’adresse aussi aux organisations, à l’enseignement et les entreprises. Une plateforme très étudiée de gestion permet de piloter vos apprenants :

❤️ Nous aimons

  • Synthétique et rapide, l’ergonomie est au point. On se concentre sur le travail.
  • Site et interface simple, épuré et au design agréable. Une couleur pastel reposante et un joli fini d’image
  • Un mécanisme d’apprentissage au point avec une mémorisation ludique et une progressivité très calculée
  • Tout prêt, il suffit de suivre le guide pas à pas le long des marches. Pratique pour les grands débutants
  • Pas de trucs inutiles et tout à portée de main
  • Qualité des enregistrements

🌧 Nous aimons moins

  • Les images des parcours en très gros qui oblige à une descente automatique en bas de page avec la technique de l’ancrage. Agaçant.
  • Les tests de niveau à partir seulement de la formule étudiant. Ils sont en général gratuit sur la plupart des applis. Dommage, mais on en trouve plein sur le web.
  • Le prix par langue n’est pas compétitif pour les polyglottes (exemple : un package autour de 30 euros/mois pour 5 langues (l’accès à toutes les langues pour le même prix est devenu la règle sur le marché international…)
  • Le nom générique peu différenciant. Vous trouvez ainsi d’autres noms de domaine Globe speakers ou au son approchant sur le web
  • Le logo année 80 pas très engageant
  • Si la méthode est très bonne pour le mandarin (conçue pour), elle est abordable pour des langues latines sans soucis, mais discutable pour d’autres comme le russe ou le japonais. La grammaire, entre autres, est plus conséquente pour certaines langues et moins facile à travailler seul. Je préfère pour ce type de langue un apprentissage plus spécifique, car risque d’échec surtout en auto-apprentissage. Mais reste bon pour apprendre du vocabulaire
  • Une application en développement. Çà et là des erreurs comme la mention du HSK pour le mandarin qui n’est pas disponible ou de la typo variable et trop petite :

Irritant en particulier pour le russe cyrillique en tout petits caractères parfois en rouge… Certains textes sont en minuscule, fatiguant à lire sur écran.

  • L’allemand n’est pas dispo (ni le chinois…) sur le site de Globespeaker, contrairement à l’illustration.

Notes du lab

Globespeaker, contrairement à la traduction littérale n’est pas ici un ampli rond et spatial pour écouter votre musique dans le salon, mais plutôt les speakers du monde. Il se veut international ce qui est un très bon point, car le développement d’une application de langues peut difficilement se faire aujourd’hui que sur le marché français (de plus coincé dans les normes couteuses et les financements obligatoires en contraste avec le marché libre mondial). Un challenge donc courageux qui s’appuie sur l’expérience réussie des Petits mandarins.

Multilingue, elle en a les qualités et les défauts. Pas assez spécifiques pour certaines langues, mais permet en un instant de naviguer entre plusieurs langues. Le format oblige à une standardisation qui simplifie l’apprentissage et rend familier l’accès à d’autres langues. Toutefois, le mixte vocabulaire/grammaire présent est assez bien étudié et présente ainsi un caractère pédagogique souvent absent ailleurs.

Globespeaker peut, par la qualité de son concept, jouer dans la cour des grands, mais il doit accélérer le développement et corriger certains défauts et manques de jeunesse avant de se lancer trop tôt dans la course actuelle de celui qui aura le plus de langues… Des langues moins usuelles sont aussi au menu, un bon point.

L’atout majeur est l’usage de jeux pour une mémorisation efficace et bien encadré par un parcours pédagogique linéaire et équilibré. L’application encourage le travail régulier et suffisant, clé de la réussite en langue (trop on se décourage, trop espacé on n’enregistre pas dans sa mémoire à long terme). Notons aussi que sa sobriété et efficacité en font un excellent support pédagogique en accompagnement de cours pour les écoliers et lycéens sans chichis ou trucs marketing pas vraiment utiles.

Globespeaker est très agréable à l’usage avec son ergonomie simple sans être sommaire comme beaucoup et ne fait pas l’impasse sur la grammaire qu’il diffuse à petits pas. Un beau produit, mais en devenir.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.