Vols low-cost. Comprendre le langage des algorithmes et des compagnies avant celui du pays à visiter…

Quelle que soit la langue affichée sur la page web, une certaine incompréhension peut régner lors d’une consultation sur les sites en ligne (et en particulier les « comparateurs ») pour « trouver le meilleur prix ».

Ce court article n’est qu’une introduction pour les aventuriers de l’aviation moderne, les vacanciers (et parfois les autres) à la recherche du tarif miracle ! L’idée est d’ouvrir la boite de Pandore du truc et de recueillir vos témoignages de « galères ». Attention, les exemples donnés sont parfois pris hors d’un contexte et ne doivent pas faire l’objet d’opprobres sans l’essai complet du site...

À la recherche donc d’un vol pour Split, ville croate, ou Bol sur l’ile de Brac juste en face (la plage très célèbre de la photo), les essais pour les aéroports de départ de Lyon ou de Paris font ressortir de curieux résultats et de mauvaises habitudes.

En tapant dans la barre de recherche de votre moteur « vol Split, Zadar ou Dubrovnik  » apparaissent des propositions miraculeuses qui vous réconcilient dans la nanoseconde avec le transport aérien ! Un accès rapide à de nombreuses propositions, mais pas de Bol (désolé, je devais la faire…), derrière l’appât se cache des pièges redoutables…

Premier piège, la pub clickbait !

la plus voyante et qui, une fois arrivée sur le site des offres, atteint une inflation record (Un clickbait possible de l’annonceur indépendamment du prestataire) :

Donne en cliquant dessus ce résultat :

Une variante, le lien qui vous mène sur l’interface « où voulez-vous aller? »

 et sur laquelle vous devez retaper à nouveau la demande et où les résultats de prix apparaissent alors complètement différents que ceux entraperçus sur les pages de votre moteur de recherche suite à une demande.

Un autre essai avec Kayak a donné, pour un Lyon-Zadar (en Dalmatie du sud) à partir d’une pub 43 euros, une nouvelle page avec nouvelle recherche à faire (donc l’offre à 43 s’est évanouie, mais une autre pub surgit en bas de page à 52) pour un final explosif à 471! Truc que l’on retrouve avec d’autres comparateurs… Et le rafraichissement des pages web (des réservations ont été faites entretemps) n’est pas seulement en cause, c’est fait pour.

Il est toutefois arrivé un cas très rare (après une centaine d’essais), un prix final inférieur à celui cliqué !

Extrait de blog.flight-report.com

Explications de la variabilité des prix pour avoir de tels résultats.

Les propositions en mode « je visite le monde en prenant mon temps et je consomme un max de CO2« .

Les listes de résultats à rallonge avec sa flopée de résultats tous plus ou moins délirants et inutiles apparaissent une fois passées les crédibles (pas toujours) affichées en tête.

On part vers le nord à 21 h, puis à l’est pour revenir à l’ouest et arriver à 14H4O le lendemain. Autant aller à Dubrovnik (2 heures) pour visiter et prendre le catamaran pour Bol en faisant la croisière des iles Dalmates du sud (4 h40 -37 euros).

Vol de nuit sympa pour lire le bouquin de l’écrivain qui a donné son nom à l’aéroport de départ…

Les résultats sans intérêts ou les dérives des algos qui encombrent les pages web :

Pour mémoire, il existe un TGV de Lyon à l’aéroport CDG (2 heures) et un vol régulier pour Split (2 heures) sur Air France autour de 300 euros aller et retour… Pourquoi alors afficher de tels résultats ? Pour faire croire à la bonne affaire ou pour afficher un nombre flatteur de résultats pour le SEO ?

Le bal des disparus

Une joyeuseté, les vols fantômes qui ont disparu des écrans radars, mais pas de la page d’accueil. Exemple du résultat  » aucune offre trouvée » pour Brač (l’île) et ses pubs avoisinantes pour le même parcours. Agaçant…

Pour Lyon-Split, la carte des destinations du site de l’aéroport de Lyon Saint-Ex n’indique pas de vols directs (disparus des écrans radars). Seuls les vols low-cost le font. De plus une rubrique « cheap flight » existe sur le site, mais le moteur de recherche ne propose que les vols de compagnies régulières avec escale et no cheap prices. Une joyeuse collaboration… Nous avons été cherché sur le tableau des départs et sur le site de celui de Split, les possibilités…

De nombreux comparateurs aussi n’affichent pas ce vol direct.

Or, à cette époque de l’année, au moins deux compagnies proposent des vols directs. L’explication est simple, elles ne sont pas toutes « partenaires officielles »

Un autre fantôme, ce graphe bien utile entrevu une fois et jamais revu malgré la même manip pour d’autres essais de recherche sur le site.

La meilleure option 😂

J’adore aussi les soi-disantes meilleures options choisies par les algorithmes. Meilleures, pour qui ?

Pour bien comprendre l’exemple ci-dessous, il existe un Paris Zagreb direct de moins de deux heures et un Zagreb – Bol direct d’une heure… Le coup de la meilleure option, un grand classique, c’est donc ici 50H35 mn et deux escales… Encore merci l’algo !

Rebelote avec cette « meilleure proposition » Lyon-Split (vols directs qui n’existent pas pour ce comparateur) qui propose deux escales et 9h40 de voyage (en espérant aucun retard ou annulation):

Une option intelligente toutefois, cette possibilité de demander pour les aéroports proches de la destination pour élargir le champ raisonnable des possibles :

Un bon plan qui limite aussi la casse est, par exemple, ce service d’un avionneur low-cost qui complète l’offre en cas de non destination directe.

Le prix « clickbait » existe-t-il dans la vraie vie ou est-ce une arnaque ?

On a déjà découvert ce syndrome avec la recherche où le prix « clickbait » n’aboutit à rien (à part faire perdre beaucoup de temps) ou à une inflation galopante. En réalité, il existe vraiment !

La première option est son existence au fond fin du calendrier, genre six mois plus tard, un dimanche à 5 heures du mat. Mais on peut trouver la perle avec les bons outils !

La seconde, encore plus vicieuse, est le « meilleur prix relevé dans le passé » éventuellement hier (fallait te bouger coco!) ou un lointain (en arrière) jour d’hiver à une date improbable de déplacement qu’on utilise comme publicité à titre d’exemple… 

L’échantillon décrit est en général bien seul au milieu de la masse des prix largement supérieurs, mais est en proposé en tête de gondole à l’image des produits d’appel de supermarchés achetés en quantité risible, mais avec communication massive (une loi a été votée depuis pour limiter cette pratique dans les hypermarchés, mais visiblement pas pour le transport aérien).

Pour pallier aux déconvenues, on utilisera de sages mention évasives comme « à partir de »… (comme Mercedès à partir de 500 euros, s’adresser à la casse la farfouille à Aubervilliers) ou « prix estimés » et permettant des grands écarts (splits en anglais…)

Le quizz à choix multiples

Pour le Paris- Zadar, vous avez un prix, mais pas la date 🤣 !

Suit une recherche frénétique et fastidieuse pour savoir où est ce prix miracle dans le calendrier. Il existe donc une probabilité d’essayer 364 fois (selon l’année) pour tomber sur le prix et le jour de la promo.

Alors, bonne pioche pour la date qui est obligatoire…

En bonus, les journées où les vols n’existent pas (coup blanc! Même règle que la bataille navale). Très énervant…

Heureusement de plus en plus de sites proposent des interfaces intelligentes pour trouver facilement les plus bas tarifs.

Je dis donc bravo et merci à ces comparateurs qui ont des algorithmes astucieux pour visualiser les offres dans le temps et repérer en un instant les petits prix.

Des super prix cachés apparaissent aussi (en plus des autres) chez Volotea quand on s’abonne à la formule Megavolotea. À savoir!

L’incruste qui colle à vos pages web

Autre nuisance, les pubs qui s’incrusteront sur vos pages web pendant des semaines grâce aux logiciels de profilage qui vous tracent. Toujours des prix hyper alléchants au delà du raisonnable qui vous titillent sans fin alors que vous avez déjà pris vos billets à des tarifs beaucoup plus élevés…

Les surprises du chef

Le prix pas cher, c’est aussi ce qui n’est pas du ressort de la compagnie comme les transferts entre aéroports, escales longues et nombreuses. Ici, une alerte rouge (ce n’est pas toujours le cas) :

Attention! Les low-cost ne font généralement pas de transferts automatiques de bagages aux escales…

Du même tonneau, le petit supplément à prévoir ici avec ces sympathiques escales (transport local + hébergement ou hôtel d’aéroport hors de prix) qui vous attendent avec vos gamins !

Special Brexit ! Ne pas oublier les péripéties éventuelles de changement d’aéroport ou de terminal avec passages en douane comme une escale à Londres proposée alors que vous n’avez que votre carte d’identité pour circuler dans l’union européenne ou encore les frais qui arrivent plus tard :

Les joies de l’escadrille ou l’enfer des reports, annulations et remboursements

Modifications fréquentes ou/et successives des dates et horaires de départ de l’avion qui ont pour effet de modifier les billets nécessaires mais à des prix alors différents ou rater toute correspondance. (sans compter les réservations d’hébergements à modifier). D’autres ont même connu des changements d’aéroport comme partir de Londres au lieu de Paris (mais Paris-Londres à votre charge).

L’annulation surprise

Deux heures avant alors que vous êtes déjà à l’aéroport ou en pleine nuit quand votre avion part désormais à 5 heures du mat au lieu de 10 prévu est particulièrement bien ressentie quand vous êtes sur le retour en pleine saison, en famille et que les clés de la location ont été rendues…

En cas d’escale, une seule annulation ou retard peut tout mettre par terre (c’et le cas de le dire) ou même vous immobiliser au milieu de nulle part ou une ville high cost.

25000 vos annulés dans le monde, des chiffres qui en disent long…

Indemnisations

Là encore, comme les antibiotiques, ce n’est pas automatique ! Des subtilités kafkaïennes vous attendent…

Le jeu du « devines où tu vas atterrir? »

peut, comme celui de la divination des heures réelles de départs et d’arrivées, occuper les grands et les petits dans l’avion (ne pas donc prendre votre voiture pour aller à l’aéroport). L’aéroport peut-être aussi très distant.

Je prends l’avion une fois par mois, le jeudi, à la même heure à chaque fois, soit à 20h55. Ça fait 4 jeudi de suite que l’avion a plus de deux heures de retard et qu’on arrive pas à Charles de Gaulle, mais à Orly.
Pas une fois, pas deux, pas trois, mais 4 jeudis de suite. Aucun remboursement ou avantage de la part d’XXXX malgré les nombreux mails envoyés.

Le fleuve pas tranquille des non remboursements se verse aussi dans l’océan des réclamations pas satisfaites et des mails de réponses automatiques sans suite. Des romans sur ces thèmes sont en lecture gratuite sur le web en tapant « avis » et le nom de la compagnie aérienne. Il est généralement conseillé de faire des recommandés, s’adresser au médiateur ad hoc ou utiliser un service comme Airhelp plutôt que de s’épuiser avec des services dont la stratégie est la recherche de l’abandon des poursuites par usure.

Un autre scénario comique pour profiter de la mer plus vite

Avec mon conjoint nous devions partir à 19h30 mais nous avons reçu un message de XXXX à 16h34 nous disant que le vol était retardé à 16h45 nous pensions donc qu’il était repoussé au lendemain mais par peur nous sommes aller à l’aéroport qui nous on informer qu’il partez bien à 16h45 donc nous ne somme pas partis. A la suite personne n’est venu s’occuper de nous, même pas une bouteille d’eau pendant cette canicule rien. Il a fallut qu’en groupe nous crions un bon coût pour au final a 21h avoir une « solution » c’est à dire bus et bateau de bordeaux à Tenerife soit ont perd 2 jours de vacances.

La chasse aux suppléments d’une compagnie low-cost est ouverte !

and everything was an additional cost, even water when my mother was choking. They charged my daughter an extra 65.00 to change her name because it had her maiden name on it.

Il est largement admis que la marge des compagnies low-cost se fait sur les services en sus. Lire cette étude.

Les frais et taxes quand on multiplie les escales (ici plus chers que les billets… et non, ce n’est pas un fake!)

Le roman de l’été à lire, ce sont les clauses !

La prise d’otage en cas de surbooking.

Kok-Lanta à bord ! I booked an XXXX flight from Bordeaux to Geneva. The lounge was filled with non-functioning electrical plugs, but that is a minor inconvenience. The flight staff began soliciting passengers to give up their seats because the flight was overbooked about 1.5 hours pre-flight, but all they offered was to pay for their hotel room, with no other compensation, so of course no one volunteered. This continued, and then they delayed the flight 1 hour. They continued trying to solicit customers to give up their seats, and of course no one wanted to since there was no compensation. They continued to hold our flight hostage until almost 2 hours (1 hour, 50 minutes) after the time of departure.

Une législation autorise le surbooking mais aussi les actions à entreprendre pour dédommager pas trop détaillées, elles, sur les sites (Tout savoir sur vos droits). La sélection des candidats qui resteront à terre est à la discrétion de la compagnie. Client fidèle, place plus chère, service en plus, arrivée en avance… sont des atouts pour ne pas être extrait de force de votre siège pour redescendre (légal mais pas très bon pour la communication!)

Cette histoire de surbooking se pratique aussi sur les ferries. Très dommageables et stressantes, il prend les passagers pour du bétail au lieu de faire payer les vrais fautifs. Une pratique à revoir car les absents sont ici en tort…

Mais le poids lourd du secteur, ce sont les bagages ! 

Muni de votre balance et centimètre, il vous faudra bien lire les clauses les concernant.

Bien comprendre que les vols « low-cost » sont en fait aujourd’hui des services de fret !

car le montant les billets pour le matériel peut rapidement être supérieur au prix du vol sec des passagers (là un gros bonus pour les adeptes du naturisme). Il faut donc commencer par penser bagages et télécharger les tarifs sur le site des compagnies avant (et encore, ils peuvent être variables) et repérer les compagnies où le transport des bagages n’est pas inclus, soutes ou non.

L’idéal est de partir sans rien même pas un étui à lunettes (on ne sait jamais…). Les tarifs de base sont d’ailleurs conçus à priori pour cette clientèle (fantôme une fois encore, qui part en vacances avec un mini bagage à main?) mais servent surtout en fait pour faire de la pub attractive !

Attention, les bagages concernés sont aussi ceux en cabine, y compris le petit sac des enfants ou ceux des duty-free achetés (c’est selon les compagnies). Une petite visite à ces tarifs vous permet de reconsidérer les compagnies régulières où les bagages sont inclus et peu limités. La tarification bagages apparait aussi souvent au moment de la commande, parfois même après l’enregistrement de votre nom et adresse mail. Tout ça transforme et complique la recherche.

On crée alors des formules pour faire passer la pilule.

Les petits plus de confort pour les humains font aussi rapidement grimper la note mais permettent aux baroudeurs de bénéficier de prix basiques (le truc qui cloche, c’est qu’un vrai baroudeur a en général un très gros sac à dos…)

Bien lire les libellés. Ici, inutile d’aller réclamer le cadeau à l’accueil… 

Et bientôt, on vous offrira le transport gratis pour vos lunettes ou votre Peacemaker au train (si l’on ose dire) où vont les choses. J’exagère sûrement un peu…

Le plus amusant 🤣🤣🤣 dans le « game » reste l’usage de plusieurs vols pour un même voyage, mais aux différentes règles concernant les bagages ou encore la flexibilité des tarifs… et enfin les quotas de bagage qui, dépassés, vous obligent à payer le tarif soute !

Veuillez noter que garantissons les 70 premiers bagages en cabine. Lorsque les compartiments sont pleins, les bagages restants seront placés en soute lors de l’embarquement. Si vous avez un tarif MAX, vous êtes assuré de garder votre bagage à main en cabine.

Les enfants non accompagnés

Peu de low-cost les acceptent. Transavia est l’une des compagnies avec un supplément d’environ 50 euros (pour chaque vol). En raison des retards et annulations fréquentes et des bousculades habituelles, des aéroports d’arrivée qui peuvent être à 200 km du point prévu, les jeunes enfants sont à déconseiller…

Notons que sur Croatian Airlines, les mineurs à partir de 12 ans peuvent voyager seuls mais que sur leurs vols. Elle partage en effet cette ligne avec Air France qui n’autorise qu’à partir de 15 ans. Donc un vol Paris-Zagreb, oui, mais la correspondance Zagreb-Split non quand elle est à bord d’Air France comme pour l’un de nos exemples…

Un peu de positif !

Ce site a un calculateur qui permet de présenter les résultats en incluant les bagages. Une idée lumineuse ! Mais vérifier les tailles et les poids…

Une présentation claire des formules chez Vueling

Prévoir aussi une formation spécialisée pour comprendre les tarifs aériens !

La formation vous sera aussi utile pour les trains low cost avec un petit brin d’humour offert (le petit plus qui change tout)!

Cerise sur le gâteau, le standard dit « bagage cabine »de certaines compagnies n’a plus rien avoir avec celui en magasin. Il existe donc maintenant des bagages, comme chez Samsonite, Easyjet, Ryanair… à leurs normes. Des pages web sont consacrées à ce sujet !

Voir le mode d’emploi bagage d’Easyjet qu’il ne faut pas prendre à la légère 😁 Et pour les autres compagnies, une collection de liens pratiques.

L’embarquement est le lieu de prédilection des chasseurs de prime des compagnies low-cost. Vous êtes coincé. Une traque sans égard pour votre ego et portefeuille et matière à Dramas sur les sites d’avis !

En plus du contrôle des bagages versus tarifs, d’autres frais peuvent surgir comme les 30 euros pour s’enregistrer à l’embarquement si on ne l’a pas fait avant en ligne sur le site de la compagnie. Service, qui d’après les avis des clients, semblent trop souvent en panne.

Beaucoup de séjours dit « tout compris » du type vol+avion appliquent aussi ses règles ! Bien vérifié sur les sites des compagnies les conditions ! Dans cet exemple d’un séjour d’une semaine en Crête avec vols aller et retour, seul un bagage à main est inclus (et de quelle taille et poids ?) et la taxe de séjour est à payer à l’hôtel.

Note : cet exemple, avec Transavia, n’est pas unique. Les détails ayant été collectés la même semaine ou jour, les contradictions observées ne sont donc pas dus à une mise à jour.

Déjà, un doute. Car pour un autre billet, nous avons trouvé

De plus, pour avoir des informations pour les bagages avant commande chez Transavia, il faut commander ou donner son Email en aller chercher le lien tout en bas de la page du site (et en petits caractères). Il faut alors créer un compte et donner des informations personnelles. La solution est en fait d’aller voir dans la FAQ ou les trouver directement avec un comparateur qui, lui, les donnent à la avec le prix du vol ! Mais sont-elles à jour ? D’où la nécessité de vérifier chez l’avionneur à la fois avant la commande et la semaine du vol (en cas de changement).

Mais une fois encore, pour cet exemple, cela se complique :

  • Un certain flou pour les dimensions (taille) qui peut être fatal en cas de voyage low-cost. Un sac de 158x158x158 est-il vraiment admis ?
  • Le tarif dépend de votre itinéraire. Le tarif réel sera indiqué au moment de la réservation
  • Vous avez finalement plus de bagages en soute que le poids indiqué plus tôt ? Vous pouvez acheter des valises en soute supplémentaires à l’aéroport, au prix de 15 € pour 5 kg.
  • Différences de prix si commandé en ligne ou non
  • Tarifs différents si achetés par une agence de voyage
  • Poids des bagages 15 kilos max à la réservation de billet, ci-dessous d’autres poids :

Et pour les bagages à main :

Pour les informations, il semble utile d’aller visiter les pages Web dans d’autres langues, la page en français étant aux abonnés absents comme les lignes de SAV d’après une légende urbaine…

Et pour mieux appréhender le problème, voir ce site avec calculateur spécial Transavia (il fait aussi d’autres compagnies).

Un excellent article sur le sujet de blog.flight-report.com/compagnies-low-cost-piege-options-bagages

Bref, trouver les bons prix est devenu très compliqué

De plus, les résultats des différents comparateurs ne sont pratiquement jamais les mêmes. Une lecture des avis sur des sites dédiés permet une plongée au coeur de la chambre des horreurs du voyage low-cost mais high-stress.

Avis : TripadvisorInstinct-voyageur.fr/ryanair

Pour l’anecdote le rio du nom de domaine n’est pas celui de Janeiro, mais d’une commune italienne.

Il est bon aussi d’imaginer des options de voyage différentes à l’aide de cartes (on peut arriver par Zadar ou Dubrovnik + ferry bol-Split avec une croisière incluse) ou d’un site comme Rome2rio pour des variantes de transport qui ne sont pas incluses dans les comparateurs de vol.

Notre recherche hors saison (octobre) avec la compagnie Croatians Airlines a donné pour un senior (elle fait des prix seniors comme 15%) 2 enfants (des réductions 33% ou plus selon l’âge) en aller et retour, un tarif très bas avec bagages cabines taille normale et repas-boissons. Exemple hors saison été, mais avec escale à Zagreb et correspondance d’une heure :

458 euros le tout

Air France-KLM, qui exploite la même ligne, a tendance à faire à cette époque) la correspondance aux Pays-bas avec des escales très longues (4 à14 heures), moins de formules et des prix donc plus élevés.

Cette compagnie détaille le prix des billets et le constat est surprenant quand le prix de départ est très bas. Ici, en Kuna (l’euro arrive en 2023).

Donc jeter un coup d’oeil aussi sur les vols des compagnies régulières d’autant plus qu’elles adoptent les techniques des Low-cost (bagages). En effet, elles les copient de plus en plus en proposant les services en option comme le choix de la place, le poids des bagages, les repas…

Et vous, quelles expériences pour vos recherches de vols ? 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.